GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Brexit: le jour où le Parlement a pris les choses en main

    media Des militants anti-Brexit manifestent devant le Parlement britannique, le 30 avril 2018. REUTERS/Simon Dawson

    Ce mercredi 27 mars, les députés « reprennent le contrôle du processus du Brexit », lit-on dans la presse britannique. Le Parlement a prévu de procéder à des « votes indicatifs » - que le gouvernement n’est pas légalement obligé de respecter - avec l’idée d’essayer de dégager une majorité sur une option alternative à ce que propose Theresa May.

    De notre envoyée spéciale à Londres

    Les députés votent aujourd’hui, mercredi 27 mars, sur une série de solutions alternatives à celles que propose Theresa May. On ne sait pas encore combien de scénarios pour le Brexit vont être débattus par les députés cet après-midi, mais l’éventail pourrait être très large. De l’annulation du Brexit à un second référendum, en passant par le maintien dans l’union douanière…

    Bref, tout sauf l’accord avec l’Union européenne que propose Theresa May, déjà deux fois massivement rejeté par le Parlement. Mais la Première ministre a déjà prévenu que rien, légalement, ne l’obligeait à tenir compte de ces votes.

    Tournant politique

    Cette journée s’annonce néanmoins comme un tournant dans la vie parlementaire britannique. Le gouvernement en est bien conscient, estimant dans un communiqué que l’initiative de la Chambre des communes « fragilise l'équilibre entre nos institutions démocratiques et pose un précédent dangereux et imprévisible ». John Springford, directeur adjoint du CER, le Centre pour la réforme européenne à Londres, y voit pour sa part « un profond changement constitutionnel pour le Royaume-Uni ».

    Des affiches en faveur du Brexit devant le Parlement britannique à Londres, le 26 mars 2019. REUTERS/Alkis Konstantinidis

    « Dans notre système, ce qui se passe d’habitude, c’est que le gouvernement prend les décisions de politique étrangère, et que le Parlement de temps en temps peut avoir l’occasion de dire "oui" ou "non" sur un de ces choix, rappelle John Springford. Prendre la décision lui-même, pour le Parlement, c’est extrêmement rare. Et choisir de se prononcer sur différentes options sur le Brexit, c’est inédit. Cela veut dire que les députés essaient de décider de la nature de la relation que le pays doit avoir dans le futur avec l’UE. C’est vrai que cela installe un précédent. Mais je ne suis pas sûr que ce soit quelque chose qui puisse arriver très régulièrement. Parce que si nous trouvons un accord et que nous retournons à la normalité dans ce pays, avec un gouvernement soutenu par une très large majorité de députés, alors il pourra faire dans l’ensemble ce qu’il souhaite. »

    Pouvoir éphémère

    Ce que vont faire les députés pourrait bien n’être qu’une parenthèse dans l’histoire de la Grande-Bretagne. « Tout dépend de ce que le Parlement va faire de ce nouveau pouvoir », estime Anand Menon, professeur de politique européenne au King’s College à Londres. « Le Parlement a simplement gagné le pouvoir de contrôler son agenda pour une journée. Ce qui va être crucial pour le moyen terme, c’est ce qu’il va faire de cette journée, si quelque chose de décisif peut en sortir. Si c’est le cas, alors oui, absolument, je pense que le processus du Brexit aura profondément changé notre démocratie. »

    « Avec le Brexit, nous avons une question qui divise comme jamais, déchire les grands partis, souligne le professeur au King’s College. C’est pour ces raisons structurelles qu’il est si difficile d’agir. Quand Theresa May a été nommée Première ministre, il y a eu des appels de députés qui lui ont dit qu’elle devait mettre en place une grande commission inter-partis qui trouverait un compromis qui conviendrait à chacun. Bien sûr, elle n’en a pas tenu compte. Et très ironiquement, on se retrouve maintenant dans cette situation, mais malgré elle. »

    « Crise de régime »

    Avec cette situation inédite dans l’histoire politique du Royaume-Uni, certains analystes évoquent même une « crise de régime », et un conflit entre deux souverainetés : la souveraineté populaire et la souveraineté du Parlement. Une rupture profonde qui trouverait sa source dans le résultat du référendum de 2016 : 51,9% des Britanniques se sont exprimés pour le Brexit alors que les trois quarts des députés s’y opposaient. Depuis, le soutien au maintien dans l’Union européenne est largement remonté, 55% selon un dernier sondage rendu public par la BBC.

    Theresa May, le 14 décembre 2017 à Bruxelles. AFP - JOHN THYS

    Quant à cette analyse d’un combat depuis des mois entre souveraineté parlementaire et souveraineté populaire, Anand Menon la juge infondée. « Je ne pense pas que le Parlement soit à des kilomètres du peuple. Je pense que le vrai problème, c’est que le Parlement représente très exactement le peuple. Le Parlement est fondamentalement divisé sur le Brexit, tout comme le sont tous les Britanniques. En fait, la Chambre des communes reflète même très exactement le peuple. Il n’y a pas de majorité évidente pour une solution au sein des députés, et c’est la même chose dans l’opinion publique. »

    Une démission dans la balance ?

    Une pétition lancée la semaine dernière pour annuler le Brexit a recueilli 5 millions de signatures, soit 50 fois plus que le minimum (100 000) pour obtenir un débat parlementaire. Il est programmé lundi 1er avril. Mais le gouvernement a prévenu mardi soir qu’il n’était pas question de reculer sur le Brexit.

    Reste l’autorité en lambeaux de la Première ministre. Theresa May est très attendue aussi ce mercredi : elle parle à huis clos devant les conservateurs en fin d’après-midi et jamais les rumeurs d’une possible démission n’ont été aussi fortes. Theresa May mettra-t-elle son départ dans la balance, contre le vote de l’accord signé avec l’Union européenne ? Un sacrifice pour faire basculer le vote. Et tant pis pour la tentative du Parlement de trouver un autre chemin.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.