GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le Parti socialiste (PSOE) du président du gouvernement espagnol sortant Pedro Sanchez et la formation de gauche radicale Podemos ont scellé un accord de principe pour former un gouvernement de coalition, ont annoncé ce mardi 12 novembre MM. Sanchez et Pablo Iglesias, chef de Podemos, lors d'une conférence de presse. Ces deux formations, qui ont déjà échoué à s'entendre à plusieurs reprises, auront toutefois besoin de l'appui d'autres forces pour une investiture par la chambre basse, à l'issue des législatives de dimanche 10 novembre.

    Europe

    Brexit: le sacrifice risqué de May sur l'autel d'un accord sans alternative

    media La Première ministre britannique Theresa May devant les parlementaires lors d'une série de votes sur des scénarios alternatifs, le 27 mars 2019. ©UK Parliament/Jessica Taylor/Handout via REUTERS

    Theresa May envisage de démissionner, mais elle a posé une condition précise à son départ. Les députés de son parti doivent voter en faveur de l'accord de retrait de l'UE, conclu en novembre dernier, pourtant rejeté à deux reprises à la Chambre des communes. Reste à savoir si ce coup de théâtre suffira, alors que le DUP ne veut rien entendre et que le Parlement a rejeté tous les scénarios alternatifs.

    Le moment d’émotion a été de très courte durée. Dans salle bondée, l’attention à son comble et devant son camp, la Première ministre, souvent comparée à un robot, a eu cette fois-ci quelques mots personnels. « Je n’avais pas imaginé ce moment si tôt, mais je suis prête à faire ce qui est juste pour notre pays et notre parti ».

    Un moment solennel qui s’apparente à sa dernière carte, mais qui n’a pas atteint le DUP. Les Nord-Irlandais disent toujours « non ». Cela fait dix voix en moins et il en manque 75 pour faire passer l'accord. Et outre le coup de froid jeté par le DUP, certains leaders des « brexiters » ont également fait volte-face. Alors qu'ils avaient basculé ces dernières heures dans le camp du « oui » à l’accord, ils ont finalement décidé de revenir à leur première ligne : suivre le choix du DUP.

    Pas de scénario alternatif

    Si elle est encore loin de voir son accord adopté, Theresa May a aussi pu constater qu'aucune autre solution ne se dégageait au Parlement, théâtre d'échanges tendus. Les huit scénarios alternatifs soumis à une série de votes « indicatifs » ont tous été rejetés. Huit propositions, huit « non ».

    Au premier abord, cela semble une catastrophe pour le Parlement qui cherchait à reprendre la main, mais à y regarder de plus près, deux possibilités ont tout de même émergé. Le second référendum est l’option qui a recueilli le plus de voix. Et le vote sur l’union douanière a été le plus serré, rejeté avec seulement 8 voix d’écarts. Au total, deux options cauchemar pour les « brexiters ».

    Chaque jour, Westminster s’enfonce un peu plus dans la crise, pointe notre envoyée spéciale Anissa El Jabri. Dans la soirée, la Chambre des communes s’apparentait à une foule déchainée. Manifestations de colère et parfois un sentiment presque dépressif. Un député anonyme écrivait ce mercredi dans le journal le Times : « quand je pars aux communes, c’est un peu comme si j’allais à la guerre ou à l’enterrement d’un très proche. Des amis me souhaitent bonne chance. Des gens me disent que je dois tenir, que je vais m’en sortir. Je n’en suis pas sûr ».

    Déception et soulagement à Bruxelles

    Pour les Européens, les événements londoniens n’apportent aucune clarté supplémentaire au-delà du fait que les députés britanniques ont avalisé le report de la date du 29 mars, souligne notre bureau de Bruxelles. Pour les 27 États qui restent dans l’UE, le rejet par la Chambre des communes des huit motions indicatives sur le Brexit représente à la fois une déception et un soulagement.

    Déception temporaire, car les motions appelant à un nouveau référendum, à une union douanière poussée ou à un abandon pur et simple du Brexit avaient le mérite de pousser à l’adoption de scénarios qui auraient bien simplifié la situation. Soulagement parce que ces motions ne liaient pas le gouvernement et n’auraient fait qu’ajouter à la confusion. En revanche, les Européens ne peuvent qu’être confortés dans leur idée : on sait ce que le Parlement britannique ne veut pas, mais pas ce qu’il veut.

    De la même manière, les Européens ne peuvent que savoir gré à Theresa May de se sacrifier pour faire triompher l’accord de sortie, eux qui lui reprochent depuis des mois de n’avoir aucune stratégie politique aux Communes. En revanche, si par extraordinaire cette stratégie devait fonctionner, les 27 sont très dubitatifs quant aux noms des prétendants qui auraient alors à négocier la future relation euro-britannique, en particulier au sujet de l’ancien ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, très mal vu à Bruxelles.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.