GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 19 Juin
Jeudi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    La Géorgie, meilleure partenaire de l'Otan, rêve toujours d'alliance

    media Officiers géorgiens et otaniens s'entraînent à gérer un état-major sur une crise humanitaire, dans une Afrique imaginaire. RFI/Romain Mielcarek

    Grosse semaine pour l’armée géorgienne. Lundi, elle recevait le secrétaire général de l’Otan, suivi de tout le comité militaire. Ce petit Etat du Caucase, dont 20 % du territoire est occupé par les Russes, continue de tout faire pour concrétiser sa principale priorité politique : intégrer l’Otan. Reportage.

    Dans un camp d’entraînement flambant neuf du district de Garbadani, à une petite heure de route de Tbilissi, une quarantaine d’officiers géorgiens s’entrainent. Plongés dans les cartes et les rapports de renseignement, ils arment un état-major chargé de piloter une brigade quelque part dans une Afrique imaginaire. Accompagnés d’une autre quarantaine d’officiers venus de plusieurs pays de l’Otan, ils font face aux réfugiés, aux journalistes, aux groupes armés terroristes.

    Mais quel est l’intérêt, pour les militaires de ce petit pays du Caucase Sud, coincé entre la Turquie et la Russie, de se préparer à de tels scénarios ? Pour la Géorgie, la menace est beaucoup plus proche que le continent africain : 20 % de son territoire est occupé depuis 2008 par 7 000 soldats russes, qui assurent protéger des minorités en danger.

    Tbilissi poursuit en réalité ses efforts pour rejoindre l’Alliance atlantique. Toute la semaine, ils ont mené cet exercice d’état-major afin de prouver aux Alliés qu’ils sont capables de s’entrainer au plus haut niveau, en respectant des méthodes extrêmement exigeantes. « C’est un club ultra-performant, estime le commandant Jérémy, un officier français présent pour les accompagner. C’était déjà compliqué pour nous. »

    Devenir incontournables dans l’Alliance

    La Géorgie travaille de longue date à un rapprochement avec l’Otan. Dès 1994, à peine trois ans après son indépendance, elle intègre le « Partenariat pour la Paix », un programme qui permet de développer la coopération et sa défense. En 2008, juste avant la guerre qui opposera Tbilissi aux forces russes, la Géorgie annonce officiellement vouloir rejoindre l’Otan. Depuis, lors de chaque sommet de l’Alliance, les chefs d’Etat membres renouvellent leur promesse : en temps voulu, elle sera intégrée.

    Depuis, une multitude de mécanismes ont été mis en place : un programme d’instruction pour les militaires, un outil de dialogue avec les Alliés spécifique à la Géorgie, toute une série de projets de développement de l’armée… Même l’exercice de cette semaine fait partie de cette démarche. Car si les Géorgiens sont majoritaires dans cet état-major temporaire, ils sont surtout les organisateurs de la manœuvre : 18 mois de préparation et une maîtrise des codes otaniens particulièrement exigeante. La Géorgie est aujourd’hui le seul pays hors de l’Otan à avoir jamais organisé un tel exercice.

    Le front afghan

    Lundi, le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg a été reçu comme un chef d’Etat par le Premier ministre géorgien Mamuka Bakhtadze. Partout dans la capitale, des drapeaux de l’Alliance sont accrochés le long des rues. Ce dernier, lui présentant une quinzaine de soldats géorgiens mutilés par des bombes en Afghanistan, affiche la détermination de son pays : « Nous avons sacrifié beaucoup pour combattre le terrorisme international. C’est une grande douleur pour notre pays. ».

    Tous les membres du gouvernement géorgien le répètent d’une même voix : en Afghanistan, rapporté à sa population, la Géorgie est le plus gros contributeur. Pour ce petit pays de cinq millions d’habitants, 850 soldats sur place, c’est un investissement énorme. « Nous réalisons à quel point il est important d’être contributeur et pas seulement consommateur de la sécurité globale », argumente le ministre des Affaires étrangères, David Zalkaliani. Trente-trois soldats géorgiens ont perdu la vie en Afghanistan. Plusieurs centaines ont été blessées.

    Des membres de la mission de surveillance EUMM observent un camp de garde-frontières russes en Ossétie du Sud. RFI/Romain Mielcarek

    Avec Moscou, rien ne s’améliore

    Malgré tous ses efforts, la Géorgie ne peut toujours pas bénéficier du statut officiel de candidat à l’Otan et à l’Union européenne. Les pays membres n’atteignent pas le consensus sur le sujet. Que se passerait-il si un pays occupé militairement intégrait ces organisations ? Faudrait-il déclencher la riposte militaire induite par leurs chartes respectives ? Alors en attendant, on félicite les Géorgiens d’être « les meilleurs partenaires de l’Otan ».

    Plusieurs sources au sein du gouvernement confirment que depuis 2008, la situation avec la Russie ne s’est pas améliorée. Si les relations diplomatiques ne sont pas prêtes d’être rétablies, Tbilissi affiche sa bonne volonté en ouvrant ses frontières aux Russes sans visa, faisant de Moscou l’un de ses dix principaux partenaires commerciaux et un vivier important de tourisme.

    Malgré cela, en Ossétie du Sud et en Abkhazie, la situation s’est enlisée. Les Russes font avancer leurs barbelés, ne cessent de répéter les Géorgiens. « Ce n’est pas une question de frontières qui avancent mais de frontières qui se durcissent », précise un Irlandais, membre de la mission de l’Union européenne chargée de surveiller la zone (EUMM), où l’Otan et l’armée géorgienne ne mettent pas les pieds, pour éviter les tensions.

    Les Européens, non armés, observent le va-et-vient des Géorgiens qui, grâce à un permis spécial, ont le droit de circuler d’un côté à l’autre de la ligne de démarcation. Les Sud-Ossètes vérifient véhicules et documents officiels dans un poste frontière flambant neuf. Un peu plus bas dans la vallée, un camp russe tout aussi neuf. Il y en a 38 parfaitement identiques répartis entre l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie, tous identiques. Dedans, les Russes vivent avec femmes et enfants. Un membre de l'EUMM explique pourquoi ces infrastructures ne sont pas plus discrètes : « Ils veulent montrer qu’ils sont là pour rester. ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.