GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 11 Juillet
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Brexit: Theresa May et Jeremy Corbyn peuvent-ils éviter le «no deal»?

    media Jeremy Corbyn rencontre Theresa May pour tenter de trouver une issue au Brexit. (Photo d'illustration) REUTERS/Henry Nicholls

    Mercredi 3 avril, les députés britanniques se sont prononcés de justesse pour un nouveau report de la date du Brexit, 313 voix contre 312. Et ce pour éviter un « no deal ». Et justement, éviter ce « no deal », c’est l’objectif des discussions entre Theresa May et le chef de l’opposition, Jeremy Corbyn. Elles ont commencé mercredi 3 avril et se poursuivent donc. Mais pas de miracle attendu.

    Avec notre envoyée spéciale à LondresAnissa el Jabri

    Derrière la langue de bois des communiqués, un climat très frais entre les deux leaders. Theresa May n’a rien dit, mais les mots de Corbyn ne sont pas très engageants : « La Première ministre doit accepter que son accord sur le Brexit est mort, qu’elle doit bouger dans la direction du Labour. Elle ne l’a pas fait autant que je l’attendais ». Bref, ces discussions sont « utiles », mais « pas vraiment concluantes ».

    ►À lire aussi : Les députés votent pour un report du Brexit pour éviter un «no deal»

    May-Corbyn ou deux visions opposées du Brexit, le travailliste est allé en début de semaine jusqu’à se prononcer pour le maintien du pays dans le marché unique. Soit le maintien des quatre libertés de circulation, dont celle des personnes.

    Un second référendum demandé

    Il demande aussi un second référendum, un fossé politique avec une Première ministre qui, jusqu’ici, n’a prêté l’oreille qu’aux « brexiters » durs. La droite fulmine de ces pourparlers. « Corbyn à la place du conducteur », titre le journal conservateur Daily Telegraph.

    L’exécutif cherche donc difficilement une solution, le Parlement tente encore de se faire entendre. Finis les votes indicatifs. Mais cette nuit, il y a eu deux votes : la sortie sans accord, c’est non et c’est inscrit dans la loi. Les députés veulent aussi un long report du Brexit. Ce serait possible, c’est ce qu’a laissé entendre le ministre des Finances hier. C’est de toute façon aux Vingt-Sept d’en décider.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.