GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le chef du Hezbollah dénonce une attaque au drone israélienne contre une «cible» dans son fief
    Europe

    May rencontre Merkel puis Macron pour tenter de repousser la date du Brexit

    media La Première ministre Theresa May à sa sortie de Downing Street, le 3 avril 2019. (Photo d'illustration) REUTERS/Peter Nicholls

    C’est la suite des aventures sans fin du Brexit. Theresa May rencontre ce mardi 9 avril Angela Merkel puis Emmanuel Macron. La Première ministre britannique va tenter de convaincre la chancelière allemande et le président français du bien-fondé de sa dernière demande à l’Union européenne : repousser la date du Brexit du 12 avril, vendredi prochain donc, au 30 juin.

    Le Parlement britannique a jusqu’ici refusé – à trois reprises – le plan de sortie de l’Union que Theresa May a négocié avec les Européens. Et la Première ministre ne veut pas que le Royaume-Uni sorte de l’UE sans accord, comme il est parti pour le faire ce vendredi. Elle demande donc une rallonge jusqu’au 30 juin, arguant de ses discussions avec l’opposition travailliste qui pourrait, selon elle, lui permettre de trouver une majorité à la Chambre pour accepter son fameux texte.

    Theresa May va donc tenter de convaincre le « moteur franco-allemand » de la validité de ses arguments, avant le sommet européen de mercredi qui doit examiner cette nouvelle demande de report.

    Une demande qui pourrait passer auprès de Berlin. Mais, de son côté, Paris est réputé moins accommodant : samedi le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian soulignait que le plan présenté par Londres devait disposer d’un « soutien politique clair et crédible ».

    Le problème est que si Theresa May arrive à un compromis avec les travaillistes, elle pourrait se mettre à dos une partie de son camp conservateur : l’ancien ministre des Affaires étrangères Boris Johnson affirmait ainsi ce lundi que les députés ne lui permettraient pas de « capituler » en acceptant, comme le Labour le souhaite, une union douanière avec l’UE.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.