GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les eurodéputés craignent que le Brexit ne pourrisse la campagne des Européennes

    media Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, ce mardi 16 avril au Parlement européen à Strasbourg. REUTERS/Vincent Kessler

    Les députés européens se réunissent une dernière fois avant les élections européennes. Dans un contexte très particulier, à l’heure où un accord sur le Brexit n’a toujours pas été trouvé au Royaume-Uni, tout laisse pour l’instant à penser que les Britanniques devront participer à ce scrutin pour les Européennes. Et à Strasbourg, la crainte d’une sortie sans accord n’est plus d’actualité avec le report du Brexit au 31 octobre, mais le sujet reste sensible.

    Avec notre correspondante à Strasbourg,   Domitille Piron

    Pour certains eurodéputés l’extension ne règle pas le problème et beaucoup estiment que le Brexit va gâcher la campagne pour les élections européennes.

    Guy Verhofstadt, eurodéputé belge, exprimait ses craintes lors du dernier débat sur le Brexit au Parlement. « Je crains que l’incertitude subsiste. Je crains que l’indécision se prolonge, dit-il. Et je crains surtout que cela apporte le chaos du Brexit au sein de l’Union européenne et encore plus que cela empoisonne les élections européennes. »

    Molly Scott Cato, eurodéputée verte britannique, qui souhaite se représenter pour rester dans l’Union européenne, a profité de sa tribune au Parlement pour appeler ses électeurs à résister.

    « Partageons un message d’espoir sur les changements positifs que l’Union européenne peut apporter dans vos vies, lance-t-elle. Résistons au chant des sirènes de l’extrême droite avec sa politique de division, de haine et de peur. »

    De son côté, Nigel Farage, le leader du nouveau parti pour le Brexit, incite, depuis l’hémicycle strasbourgeois, ses électeurs à une « révolution politique pacifique » : « Je pense que vous allez tous être très surpris de ce qui se passera le 23 mai, prévient-il. Ce sera un nouvel avenir pour la démocratie britannique, et bon Dieu, il est nécessaire. »

    Devant les eurodéputés, le président du Conseil européen, Donald Tusk, a appelé à ne pas céder au fatalisme du Brexit. Jean-Claude Juncker, lui, a tenté de rassurer : « Le Brexit n’est pas l’avenir de l’UE. »

    À lire aussi : [Infographie] Brexit: une histoire sans fin

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.