GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Football: suivez en direct le match Mali-Mauritanie en Coupe d'Afrique des nations 2019
    • «L'armée américaine n'a rien à faire dans le Golfe», dit l'Iran
    • Football: la Tunisie et l'Angola font match nul 1-1 dans le groupe E de la CAN 2019
    • Mondial féminin 2019: les Etats-Unis éliminent l'Espagne (2-1) et affronteront la France en quarts de finale vendredi 28 juin
    Afrique

    L’Italie craint les conséquences des combats en Libye

    media Sur le dossier libyen, Giuseppe Conte veut «une cohésion au niveau international», sous l’égide des Nations unies (photo d'illustration). REUTERS/Eric Vidal/File Photo

    Compte tenu de sa proximité, notamment géographique, avec la Libye - son ancienne colonie - et de possibles nouvelles vagues de flux migratoires vers ses côtes, l’Italie est particulièrement préoccupée par l’offensive du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’est libyen, qui tente depuis le 4 avril de s’emparer de Tripoli.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Le président du Conseil, Giuseppe Conte, a donc reçu, à Rome, Ahmet Meetig, le bras droit de de Fayez al-Sarraj et le ministre des Affaires étrangères du Qatar, cheikh Mohamed bin Abdulrahman al-Thani, qui soutient le GNA. Objectif de Giuseppe Conte : faire jouer à l'Italie un rôle de médiateur pour trouver une solution « non militaire », en mesure d’éviter une guerre civile totale.

    « Dialogue »

    Le front plissé,  les sourcils froncés, le président du Conseil italien s’est montré particulièrement soucieux devant la presse suite à ses entretiens avec les deux hommes : « Nous  demandons un cessez-le-feu immédiat et le retrait des forces du maréchal Haftar. L’unique solution passe par le dialogue », a-t-il déclaré. Rome craint avant tout une crise humanitaire « aux effets dévastateurs pour la Libye, l’Italie et le reste de l’Europe. »

    Arrivée massive de réfugiés...

    Évoquant le risque d'arrivées massive de réfugiés de guerre vers les côtes du sud de la Péninsule, Giuseppe Conte appelle donc de ses vœux « une cohésion au niveau international », sous l’égide des Nations unies.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.