GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Turquie: le candidat de l’opposition déclaré vainqueur à Istanbul

    media Le maire d'Istanbul nouvellement élu, Ekrem Imamoglu, du Parti républicain du peuple (CHP), principal parti de l'opposition, salue ses partisans après avoir pris ses fonctions à Istanbul, le 17 avril 2019. REUTERS/Huseyin Aldemir

    Plus de deux semaines après les élections municipales du 31 mars en Turquie, le Haut Conseil électoral (YSK) a enfin reconnu la victoire du candidat de l’opposition, Ekrem Imamoglu. Ce dernier l’avait emporté avec un faible écart devant son rival, l’ancien Premier ministre Binali Yildirim. Mais le camp du pouvoir affirme que des irrégularités ont entaché le scrutin et réclame désormais son annulation.

    Avec notre correspondante à Istanbul,  Anne Andlauer

    Après 17 jours d’attente et de recomptages, les Stambouliotes connaissent enfin le nom de leur nouveau maire. Ekrem Imamoglu, candidat de l’opposition, l’emporte par 13 729 voix d’avance dans une mégapole de plus de 16 millions d’habitants. Il entre officiellement en fonctions, mais la bataille n’est pas pour autant finie.

    Comme le voulait le président Recep Tayyip Erdogan, son parti, l’AKP, a demandé cette semaine l’annulation du vote et la tenue d’un nouveau scrutin. Les 11 juges du Haut Conseil électoral – une institution officiellement indépendante – vont devoir décider si des « événements » ont pu « influencer le résultat du vote », selon les termes vagues de la loi électorale turque.

    Depuis le lendemain de l’élection, le parti au pouvoir dénonce des erreurs et des tricheries. Son candidat, l’ancien Premier ministre Binali Yildirim, estime que la victoire lui a été volée. De son côté, l’opposition accuse le président Erdogan d’être prêt à tout pour conserver Istanbul.

    Le Haut Conseil électoral devrait annoncer sa décision d’ici quelques jours. S’il donne raison à l’AKP, un nouveau scrutin sera organisé le 2 juin.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.