GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Présidentielle en Ukraine: au chevet d’une économie touchée par la corruption

    media Un homme passe devant une affiche électorale. Le 25 mars 2019. REUTERS/Gleb Garanich

    Deux candidats sont en lice pour le deuxième tour de la présidentielle ukrainienne : le chef de l'Etat sortant Petro Porochenko, qui a déçu les rêves de ceux qui ont fait la révolution de Maïdan en 2014, et Volodymyr Zelensky, 41 ans, un comédien sans expérience politique, célèbre pour avoir interprété un président ukrainien fictif sur le petit écran et qui a créé dans la foulée l’an dernier un parti politique du même nom que la série qui l’a fait connaitre : « Serviteur du peuple ». A trois jours du scrutin, focus sur l’économie de ce pays de 42 millions d’habitants.

    L’Ukraine est un pays toujours en guerre, et un peuple tiraillé entre un voisin russe et l’Union européenne, et un des enjeux de cette élection, c’est aussi l’économie. Car après des années de crise, l’Ukraine commence doucement à aller mieux, comme l’explique Boris Najman, économiste à l’Université Paris Est Créteil.

    « Depuis deux ans, on a une croissance qui est positive, elle avoisine les 3%, ce qui est bien mieux qu’après la crise de 2008, dont les conséquences ont été un peu plus tardives dans la région et après la révolution de Maïdan, ce qui est encore faible pour un pays qui doit avoir un fort rattrapage. Le niveau de vie est encore très faible en Ukraine : la plupart des salaires sont autour de 200 euros par mois. On s’attendrait plus à une croissance autour de 5% mais néanmoins c’est assez positif. »

    L’économie se relève donc lentement, mais elle a aussi dû changer avec la guerre dans le Donbass, une région très industrielle aujourd’hui paralysée. L’est du pays s’est donc développé ces dernières années, avec la création de petites entreprises dans l’informatique notamment, et dans le centre-nord du pays, la capitale Kiev a vu cette année arriver les grandes enseignes H&M et Ikea.

    Les investisseurs ont plus peur de la corruption que de la guerre

    Ce regain économique est prometteur mais encore assez timide car les investisseurs étrangers restent assez frileux. En cause, plus que la guerre, la corruption et une économie encore entre les mains de seulement quelques-uns, rappelle Boris Najman :

    « On a ce cadre d’oligarchie qui est très fort encore : les contrats en Ukraine sont souvent accordés à des amis ou pour des questions de loyauté et non pour des questions de compétence, ou de qualité des projets. Le procureur général est directement nommé politiquement et il dépend du président. Donc, d’une certaine manière, toute la structure judicaire est biaisée par le fait qu’il n’y a pas d’indépendance de la justice. »

    Les deux candidats du deuxième tour ne sont pas exempts de toute critique lorsqu’il s’agit de corruption. Le comédien Zelensky est soupçonné d’être la marionnette de l’oligarque à la tête de la chaine de télé qui produit sa série ; quant à Porochenko, il a beaucoup déçu les manifestants de 2014 qui jugent sa politique anti-corruption pas à la hauteur. Son manque d’action a d’ailleurs failli coûter gros au pays, sauvé in extremis par un plan du FMI.

    C’est ce qu’explique Sylvain Bellefontaine, économiste chez BNP Paribas : « Le plan signé avec le FMI en décembre dernier est fondamental pour le pays. En fait, il remplace un plan plus important, qui avait été suspendu en 2017, du fait que le gouvernement ukrainien ne remplissait pas les conditions demandées par le FMI, notamment en termes de lutte contre la corruption. »

    « Ce plan, ajoute-t-il, est arrivé à un moment où on s’inquiétait vraiment, pour 2019, du fait que le gouvernement ukrainien fasse défaut sur ses engagements. Donc il est venu vraiment rassurer les investisseurs étrangers sur la capacité du gouvernement à honorer ses engagements cette année, mais il faut savoir que ce plan est assez court, 14 mois, ça veut dire qu’en 2020, le prochain gouvernement devra renégocier un nouveau plan d’aide avec le FMI. »

    L’UE, premier partenaire commercial

    Le comédien Zelenski a annoncé durant cet entre-deux tours que s’il était élu, il ne rediscuterait pas le plan en cours négocié par son adversaire. Sur l’orientation économique du pays, les deux candidats semblent d’ailleurs plutôt d’accord : tous les deux sont tournés vers l’Union européenne, premier partenaire commercial de l’Ukraine aujourd’hui.

    Que ce soit le comédien autoproclamé anti-système ou le président sortant qui remporte l’élection, l’enjeu économique sera donc plutôt de voir si le vainqueur saura ôter les ressources et richesses du pays des mains d’une petite oligarchie à la corruption décomplexée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.