GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    En Pologne aussi, les Ukrainiens s’intéressent vivement à leur présidentielle

    media La ville de Gdansk accueille des centaines de milliers d'immigrés ukrainiens. (Photo d'illustration) WOJTEK RADWANSKI / AFP

    Le deuxième tour de l’élection présidentielle en Ukraine aura lieu ce dimanche 21 avril 2019. Le président sortant, Petro Porochenko, affronte un nouveau venu en politique, l’humoriste Volodymyr Zelensky. Parmi les thèmes qui ont émaillé la campagne : le problème de l’émigration. Trois à six millions d’Ukrainiens travaillent à l’étranger. La Pologne voisine reste de loin la première destination de la main-d’œuvre ukrainienne : elle accueille entre 1 700 000 et 2 millions d’Ukrainiens. Certains partent pour quelques mois, d’autres pour plus longtemps. Parmi eux, certains se préparent à voter dans les ambassades ou les consulats. C’est le cas à Gdansk, dans le nord de la Pologne, où s’est rendue RFI.

    Avec notre envoyée spéciale à Gdansk, Anatasia Becchio

    Cours de langue polonaise dans le centre d’accueil des migrants de Gdansk. Autour d’une grande table rectangulaire : des jeunes femmes, ukrainiennes pour la plupart. Lilia Dubkovskaya, 24 ans, est arrivée il y a un an pour gagner sa vie. Employée d’une entreprise d’import-export, elle ne pense pas revenir de sitôt vivre en Ukraine, mais elle tient à voter dimanche sans trop d’enthousiasme. « Je veux voter, c’est mon droit, je veux exprimer mon choix. Je vais voter Porochenko, parce que je considère que c’est un moindre mal ».

    Dans un café artistique de Gdansk, Anastazja Jabloczniuk discute avec ses amis. Elle est arrivée de Kharkiv il y a cinq ans avec ses parents. Elle ne fréquente quasiment que des Polonais, mais tient quand même à voter dimanche. « Je vois une lueur d’espoir au bout du tunnel et c’est Zelensky qui l’incarne, dit-elle. Il est jeune et j’ai quand même l’impression qu’il ne ressemble pas à tous les autres hommes politiques qui sont au pouvoir depuis vingt ans et ne font qu’échanger leurs fauteuils. Il peut apporter quelque chose de nouveau, de frais. Ça fait cinq ans que je ne vis plus en Ukraine, mais quand j’y retourne, une fois par an, je ne vois aucun changement. »

    Au premier tour, Volodymyr Zelensky est arrivé en tête en Pologne, avec plus de 38% des voix. Petro Porochenko, lui, s’est imposé plus à l’ouest, en France, en Allemagne ou aux États-Unis.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.