GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: le chef de l'opposition agressé lors des funérailles d'un soldat

    media Kemal Kiliçdaroglu, le chef du CHP social-démocrate, a été violemment pris à partie par la foule, à Ankara, le 21 avril 2019. Harun Ozalp/Demiroren News Agency (DHA) via REUTERS

    En Turquie, le chef du principal parti d'opposition a été violemment pris à partie par une foule dimanche 21 avril dans la capitale, Ankara, au cours de funérailles d’un soldat tué lors de combats contre les séparatistes kurdes. Son parti avait remporté les élections municipales le 31 mars à Ankara et à Istanbul, après une campagne agressive qui avait vu le pouvoir accuser l’opposition de s’être alliée aux « terroristes ».

    Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

    Sur une vidéo diffusée par une agence de presse turque, on voit Kemal Kiliçdaroglu, le chef du CHP social-démocrate, tenter de se frayer un chemin pendant plusieurs minutes au milieu d’une foule d’hommes qui l’insultent, le sifflent et tentent, pour certains, de lui asséner des coups de poing.

    Ses gardes du corps et des gendarmes parviennent difficilement à le faire entrer dans une maison, que la foule attaque à coup de pierres et menace de « brûler ». L’homme politique sera ensuite exfiltré à bord d’un véhicule blindé.

    Kemal Kiliçdaroglu assistait aux funérailles d’un des quatre soldats tués le 19 avril à la frontière turco-irakienne par des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan, le PKK. Quelques heures plus tard, il défiait ses agresseurs, les accusant de s’être attaqués à « l’unité de la Turquie » et promettant de continuer à se rendre aux obsèques de militaires morts au combat.

    Si la classe politique a unanimement condamné cette tentative de lynchage, l’opposition estime que le pouvoir est responsable du climat de polarisation qui l’a rendue possible. Elle rappelle notamment que le président Recep Tayyip Erdogan accuse depuis plus d’un an tous ses opposants – Kemal Kiliçdaroglu en particulier – de faire le jeu des « terroristes ».

    L’an dernier, les préfets avaient reçu l’ordre d’empêcher les membres du principal parti d’opposition d’assister aux obsèques des soldats.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.