GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Autriche: démission contrainte d'un élu FPÖ de la ville natale de Hitler

    media Heinz-Friedrich Strache, président du Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ). REUTERS/Leonhard Foeger

    Un élu autrichien a été contraint à la démission après avoir publié un « poème » dans lequel il assimilait les migrants à des « rats ». Cet élu, adjoint au maire de Braunau-am-Inn, la ville natale d’Adolf Hitler, était membre du FPÖ, le parti d’extrême droite au pouvoir en Autriche au sein d’une coalition avec les conservateurs. Un parti embarrassé par un énième scandale.

    Avec notre correspondante à VienneIsaure Hiace

    Dans ce texte, paru le week-end dernier dans une revue locale du FPÖ, les migrants sont comparés à des « rats ». Un texte présenté comme un poème par son auteur, Christian Schilcher, adjoint FPÖ au maire de Braunau-am-Inn, la ville natale d’Adolf Hitler. La publication de ce texte coïncidait d’ailleurs avec les 130 ans de la naissance du dictateur, le 20 avril 1889 dans cette petite ville de Haute-Autriche.

    La découverte du document a très vite provoqué un tollé national. « Profondément raciste » aux yeux du chancelier conservateur Sebastian Kurz, qui a exigé des explications de la part de son partenaire. C’est finalement le chef du FPÖ, Heinz-Christian Strache qui a annoncé ce mardi que l’élu incriminé avait renoncé à son mandat et à son appartenance au parti.

    Mais l’opposition est loin d’être convaincue. Car les scandales s’accumulent pour le FPÖ, qui est critiqué ces derniers jours pour ses liens avec les identitaires, un groupuscule d’extrême droite visé par plusieurs enquêtes. Le FPÖ se défend de toute proximité mais là encore, l’opposition n’est pas convaincue.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.