GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Législatives en Espagne: un paysage politique fragmenté, une campagne virulente

    media Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez lors du meeting de fin de campagne de son parti, le PSOE, à Valence, le 26 avril 2019. REUTERS/Heino Kalis

    Des élections législatives anticipées se tiennent en Espagne ce dimanche 28 avril, après 4 années d'instabilité politique. 37 millions d'électeurs sont appelés aux urnes. Le paysage politique est très fragmenté, cinq partis sont en compétition, et a priori aucun n'obtiendra la majorité au terme d'une campagne virulente. L'issue de ce scrutin pourrait donc être inédite.

    Avec notre envoyée spéciale à Madrid, Béatrice Leveillé

    La campagne électorale a été virulente. Le Parti Populaire (PP), longtemps seul à droite, a éclaté avec l’arrivée de Ciudadanos, plus libéral, et puis du nouveau parti d’extrême droite Vox. Le dirigeant du PP, Pablo Casado, s’est écharpé avec Albert Rivera, le dirigeant de Ciudadanos qui le talonne dans les sondages. Les insultes ont fusé à droite, Vox donnant le ton d’une campagne agressive.

    Ce combat fratricide pourrait faire perdre des voix à la droite. D’autant qu’un certain engouement pour Vox (crédité de 12% des intentions de vote) pourrait se faire aux dépens de Parti Populaire (crédité de 20% des intentions de vote) qui serait le grand perdant des élections. C’est le pari de Pablo Iglesias, le leader du parti d’extrême gauche Podemos, allié du Parti socialiste au gouvernement - crédité de 14 %. Il se dit optimiste, car pendant la campagne la droite n’a pas parlé des problèmes qui touchent vraiment les Espagnols : l’éducation, la santé, le logement ou encore l’emploi.

    Les électeurs ne sont pas dupes, dit-il. Une seule chose est sûre, à l’issue de ces élections, l’Espagne sera gouvernée complètement différemment si la droite l’emporte grâce à la poussée de l'extrême droite.

    Seule certitude, la participation devrait être importante

    Le nombre de votes par courrier a dépassé toutes les prévisions. Mais le résultat très incertain de ses élections devrait faire monter le taux de participation.

    « La droite peut gagner, la gauche peut gagner, je ne sais pas ! Je sais pour qui je vais voter mais je ne sais pas qui va gagner. J’espère que le parti pour lequel je vais voter va gagner », constatait avant le scrutin cette électrice croisée Plaza del Sol, à Madrid.

    Avec un peu moins de 30% des voix, le Parti Socialiste (PSOE), dont est issu le chef du gouvernement sortant, Pedro Sanchez, est favori des derniers sondages. Mais ce n'est pas assez pour gouverner, alors Pedro Sanchez, le 26 avril, le dernier jour de campagne, a clairement ouvert la porte. « Podemos pourrait faire partie du gouvernement, ce n'est pas un problème », a-t-il déclaré dans un entretien au quotidien El País.

    Avec un Parti socialiste en tête dans les sondages, mais sans majorité, et une droite divisée en trois partis, ce sont les extrêmes : Podemos à gauche et Vox à  droite qui vont faire basculer le scrutin.

    ► À relire : Législatives anticipées en Espagne: déjà un climat délétère

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.