GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Législatives en Espagne: les ressorts de la victoire de Pedro Sanchez

    media Pedro Sanchez, chef du gouvernement sortant, a sorti le PSOE de l'ornière électorale et fête sa victoire dimanche 28 avril 2019 à Madrid à l'issue des législatives anticipées. REUTERS/Sergio Perez

    En Espagne, les socialistes sortent confortés des élections législatives qui se sont tenues dimanche 28 avril, avec des résultats provisoires conformes aux sondages et une forte participation. La droite est laminée et l'extrême droite de Vox fait son entrée au Parlement. Avec 29% des voix, soit 123 sièges aux Cortès sur 350, le PSOE est tout désigné pour former un gouvernement. Mais il va devoir faire alliance.

    Avec notre envoyée spéciale,  Béatrice Léveillé et notre correspondant,  François Musseau

    C’est une surprise : les sondages avaient donné Pedro Sanchez gagnant, mais pas avec une telle différence sur son premier rival, le Parti populaire, qui n’obtient que la moitié des sièges socialistes. Ce parti traditionnel se maintient malgré tout devant les libéraux de Ciudadanos, qui font une percée, passant de 32 à 57 députés. Quant à l’extrême droite, elle fait son entrée au Parlement avec 10% des voix et 24 députés.

    Comment expliquer le triomphe de Pedro Sanchez ?

    Les ressorts de cette victoire du chef du gouvernement sortant sont divers. Le premier tient à la perte de vitesse de Podemos et au fait qu’une partie de son électorat s’est reportée sur le Parti socialiste. Ensuite, la droite a rendu service à Pedro Sanchez avec ses divisions. Parti populaire, Ciudadanos et les ultras de Vox ont finalement été pêcher dans les mêmes eaux, auprès des mêmes votants, avec un discours très droitier et agressif. Ce qui fait qu’une partie des votants de centre droit ont eux aussi finalement préféré la modération de Pedro Sanchez.

    Il faut enfin évoquer la mobilisation très importante de l’électorat socialiste lui-même. Souvent, une partie de ces électeurs a tendance à ne pas aller voter lorsqu’ils ne voient pas clairement l’enjeu du scrutin, comme ce fut le cas en 2016. Il y a cette fois eu un sursaut, d'où cette participation élevée de 75%, neuf de plus qu’aux dernières élections, du fait de la simple présence de l’extrême droite. Une extrême droite qui jusqu’alors n’était pas représentée, et qui a tout de même arraché 2,5 millions de votants.

    Début des tractations pour un nouveau gouvernement

    La gauche sort donc consolidée de ces élections législatives : PSOE et Podemos obtiennent à eux deux 165 sièges. Il leur faudrait 11 sièges de plus pour avoir la majorité. Les tractations vont maintenant commencer pour permettre la formation d’un gouvernement. Le PSOE n’aura probablement pas besoin du soutien des indépendantistes catalans pour gouverner.

    L’ambiance au Parlement risque malgré tout d’être tendue entre les élus régionaux et les partis de droite, qui ont fait une campagne centralisatrice, en particulier avec les 22 députés indépendantistes. En Catalogne, ils ont remporté plus de la moitié des sièges.

    Revue de la presse au lendemain des élections

    El Pais titre ce lundi 29 avril 2019 sur la victoire de Pedro Sanchez, qui a gagné mais qui va devoir faire des alliances pour gouverner.

    La débâcle du Parti populaire fait aussi les titres ; pour El Mundo, elle pourrait permettre aux socialistes de gouverner sans les indépendantistes.

    La plupart des journaux se lancent dans des spéculations sur les alliances possibles. La grande question étant : le PSOE aura-t-il besoin des indépendantistes catalans au Parlement ?

    Il faut se rappeler que la précédente alliance avec les mêmes indépendantistes s’est mal terminée, puisqu’ils n’ont pas voté le budget 2019, ce qui a contraint Pedro Sanchez à organiser ces élections législatives anticipées.

    Pour le quotidien ABC, c’est Vox, avec la peur qu’a suscité ce nouveau parti d’extrême droite, qui a permis au PSOE d’engranger des voix. Pour La Vanguardia, les socialistes aspirent à gouverner seuls.

    El Periodico fait la même analyse et qualifie la radicalisation de de Pablo Casado, le dirigeant du Parti populaire, de désastreuse pour son parti.

    D’autres médias comme Publico raillent le score de Vox, qui prétendait faire mieux que le Parti populaire et n’a finalement que 10% des voix et 24 députés aux Cortes.

    ►À lire aussi : Les socialistes espagnols vainqueurs, défaite historique du PP

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.