GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: Istanbul sous le choc de l'annulation des élections municipales

    media Ekrem Imamoglu (à g.), le candidat du Parti républicain du peuple (CHP), avait remporté les élections municipales à Istanbul, le 31 mars dernier. Un scrutin annulé donc, en raison de 'fraudes' contestées. REUTERS/Huseyin Aldemir

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a salué mardi 7 mai l'annulation controversée de l'élection municipale à Istanbul remportée par l'opposition, estimant qu'il s'agissait de la « meilleure décision ». Le scrutin avait été remporté le 31 mars par le candidat commun de plusieurs partis d'opposition, Ekrem Imamoglu, mais le parti au pouvoir avait dénoncé des « irrégularités ».

    Avec notre correspondante à Istanbul,  Anne Andlauer

    L'opposition a qualifié la décision du Haut conseil électoral de « putsch contre les urnes » mais annonce qu’elle participera au nouveau scrutin programmé le 23 juin prochain.

    Dans les rues d’Istanbul, ses électeurs se partagent entre déception et colère. Assis devant son commerce de fruits secs, Hasan Bozoglu le reconnaît avec amertume : il ne s’attendait pas à ce que le Haut conseil électoral annule la victoire d’Ekrem Imamoglu, le candidat de l’opposition pour lequel il avait voté.

    « Cela fait 70 ans que des élections libres ont lieu en Turquie et jusqu’ici, les perdants avaient toujours accepté leur défaite, estime le commerçant. C’était ce qu’il restait de plus précieux à notre démocratie. Là, je suis sous le choc, je ne comprends pas pourquoi le Haut conseil électoral a fait ça. Il n’aurait pas dû salir la légitimité de notre système électoral. Maintenant, comment les gens vont-ils avoir confiance ? A chaque nouvelle élection, il y aura toujours un soupçon. »

    Seule l’élection du maire annulée

    Aysel, une enseignante à la retraite, est elle aussi en colère. Pour elle, le plus incompréhensible est que les Stambouliotes avaient voté quatre fois le 31 mars : pour le maire de la ville, celui de leur arrondissement, celui de leur quartier et le conseil municipal. Mais seule l’élection du maire d’Istanbul a été annulée.

    « Soit on annule tout, soit rien, non ? S’ils avaient tout annulé, j’aurais dit d'accord, il y a peut-être vraiment eu des irrégularités'. En fait, le pouvoir veut juste annuler l’élection qu’il a perdue. Mais j’en suis sûre, l’opposition va gagner à nouveau, parce que les gens sont en colère, nous sommes en train de perdre notre démocratie », assure-t-elle.

    Une chose est sûre : Recep Tayyip Erdogan fera tout ce qu’il peut pour l’emporter le 23 juin, car une nouvelle défaite serait une catastrophe pour lui.

    À lire aussi : Municipales en Turquie: Ankara et Istanbul au coeur de la bataille

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.