GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Européennes: le PPE de Manfred Weber fait campagne sans Orban

    media Le patron du PPE, Manfred Weber (à dr.), et le chancelier autrichien Sebastian Kurz (à g.) à Vienne, en Autriche, le 4 mai 2019. REUTERS/Lisi Niesner

    À moins de trois semaines du scrutin, le Hongrois Viktor Orban s’éloigne encore d’un pas de son groupe politique le parti populaire européen (PPE). La formation de M. Orban, le Fidezs, ne soutiendra pas le chef de file du PPE Manfred Weber. Un soutien qui n’était de toute façon plus le bienvenu. Manfred Weber en revanche fait beaucoup campagne avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz.

    Le fossé s’est encore creusé ce début de semaine entre Viktor Orban et le Parti populaire européen emmené par Manfred Weber. Ce dernier n’aura pas le soutien du Fidezs et de toute façon, il n’en voulait plus. Manfred Weber défend une Europe très conservatrice, mais il y a des limites...

    « C'est une certaine clarification, c'est-à-dire, rester sur une droite beaucoup plus à droite que Merkel - donc pas sur une ligne 'merkelienne' du PPE mais sans pour autant continuer à faire les yeux doux à Orban, alors que celui-ci a lui-même une stratégie qui en fait est un peu anti-PPE », analyse Amandine Crespy, politologue du Cevipol à l’ULB.

    Avec l’autrichien Sebastian Kurz

    Manfred Weber, issu de la CSU bavaroise, préfère d’ailleurs faire campagne avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz plutôt qu’avec sa compatriote Angela Merkel, elle qui avait ouvert les portes aux réfugiés en 2015. Sebastian Kurz qui gouverne son pays avec l’extrême droite, mais qui n’est pas aussi provocateur que Viktor Orban.

    « Paradoxalement, Sebastian Kurz ne représente pas la même chose que Viktor Orban, alors qu'en réalité ses positions ne sont franchement pas très éloignées de celles du Premier ministre Hongrois, un Parti Populaire Européen très conservateur pour contenir la montée des nationalistes d'extrême droite, c'est la stratégie de Manfred Weber », poursuit Amandine Crespy, du Cevipol.

    Mais rien ne dit qu'elle lui garantira la présidence de la Commission européenne au lendemain du 26 mai.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.