GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Pédophilie: l'Église anglicane et le prince Charles critiqués dans un rapport

    media Le prince Charles est critiqué pour son soutien à un évêque jugé coupable d'abus sexuels sur des mineurs. Markus Schreiber/Pool via Reuters

    Dans un rapport publié jeudi 9 mai, une commission d’enquête britannique indépendante sur les agressions sexuelles contre les mineurs accuse l'Église d'Angleterre d'avoir fait passer sa « réputation » avant les victimes du clergé et critique le prince Charles d’avoir soutenu un évêque reconnu coupable d’abus sexuels sur de jeunes garçons.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Lorsqu’en 1992 l’évêque Peter Ball a été accusé d’abus sexuels sur 18 jeunes garçons, l’archevêque de Canterbury de l'époque s’est empressé de lui apporter son soutien en lui écrivant des lettres de réconfort. Il a même encouragé son retour à son poste. Dans son rapport, la commission d’enquête britannique reproche également à l’Église d’Angleterre, dans son ensemble, d’avoir fait preuve de faiblesse et hésité trop longtemps avant de faire face aux accusations de pédophilie en son sein.

    Peter Ball, évêque entre 1977 et 1992, n’a été jugé et mis en prison que 22 ans plus tard, en 2015. Il a été relâché au bout de 16 mois. Mais l’Église n’est pas la seule en cause. Le prince Charles, un ami proche du prélat, a usé de son influence pour intervenir en sa faveur. Il a également acheté via son duché une propriété pour que l’évêque puisse s’y installer après avoir été déchu de ses fonctions. Le fils aîné de la reine Elisabeth II a conservé des liens d’amitié avec le pédophile pendant de longues années et la commission d’enquête ne se prive pas de reprocher au prince de Galles un « soutien malavisé ».

    Dans un communiqué écrit, Charles a fait part de ses « profonds regrets » et dit avoir été « trompé ». Par la voix de l’archevêque de Canterbury actuel, Justin Welby, l’Église d’Angleterre a pour sa part déjà admis ses torts. Mais pour la commission, les excuses de l’Église demeurent « peu convaincantes ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.