GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • EuroVolley 2019: l'équipe de France domine la Finlande trois sets à zéro (25-16, 25-23, 25-21) et se qualifie pour les quarts de finale
    Afrique

    L’Allemagne restitue à la Namibie un monument symbole

    media L'ambassadeur de Namibie en Allemagne Andreas Guibeb au Musée de l'Histoire allemande, à Berlin, le 17 mai 2019. La croix en pierre de Cape Cross a été érigée en 1486 par des navigateurs portugais dans la région devenue la Namibie. Tobias SCHWARZ / AFP

    Plus de 120 ans après son transport vers l’Allemagne, la Namibie va récupérer cet été la croix en pierre de Cape Cross, installée à la fin du XVe siècle par les navigateurs portugais.

    Elle mesure 3,5 mètres de haut et pèse plus d’une tonne. La croix en pierre de Cape Cross avait été installée par les navigateurs portugais sur le sol de l’actuelle Namibie en 1486. Signe d’orientation pour les bateaux, elle constituait aussi un symbole de la nouvelle puissance coloniale. La colonne de Cape Cross porte l’emblème portugais et une croix chrétienne la surmonte. Un texte sculpté dans la pierre vient rappeler que les habitants de ce nouveau territoire sont « inférieurs », car ils ne partagent pas la même religion.

    Quatre siècles plus tard, la région devient colonie allemande et le restera jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. Une colonne marquant la domination de l’empereur Guillaume II remplace la croix qui est ramenée en Allemagne. Elle se trouve depuis la réunification allemande dans les collections du Musée de l’histoire allemande à Berlin. En 1986, la Namibie a installé sur le site historique où se dressait la croix une réplique. Trois demandes de restitution à l’Allemagne en 1925, 1960 et 1990 sont restées infructueuses. La dernière, en 2017, sera la bonne.

    «Un geste important permettant de reconnaître une injustice historique»

    Les temps ont changé. Obnubilée par son travail de mémoire sur le IIIe Reich, l’Allemagne a longtemps oublié son passé colonial, une phase assez courte de son histoire entre le dernier tiers du XIXe siècle et 1918 lorsque le pays perd ses territoires extérieurs avec le traité de Versailles un an plus tard. Ces dernières années, une prise de conscience a eu lieu. En 2015, le ministère des Affaires étrangères reconnaît que l’Allemagne a commis un génocide sur le territoire de la Namibie actuelle contre les tribus herero et nama. Des négociations ont lieu depuis plusieurs années entre les deux gouvernements. Berlin s’oppose à l’indemnisation des descendants restant fidèles à sa politique d’après-guerre consistant à dédommager les victimes directes du IIIe Reich.

    En 2016, une première grande exposition historique sur le passé colonial allemand se tient au Musée historique de Berlin où la croix de Cape Cross est exposée. Lorsque l’institution reçoit l’année suivante une demande de restitution, le nouveau directeur du musée décide d’organiser un colloque interdisciplinaire auquel participent 400 experts, des responsables politiques allemands, namibiens et portugais. La réflexion dépasse la simple analyse juridique qui aurait sans doute conduit à une impasse.

    A l’arrivée, Berlin vient donc d’annoncer que la croix en pierre sera restituée durant l’été à la Namibie. « C’est un signal clair que nous reconnaissons notre passé colonial et que nous cherchons et trouvons avec les pays d’origine les moyens d’avoir une cohabitation respectueuse », a déclaré dans une conférence de presse vendredi la ministre de la Culture Monika Grütters. Le directeur du Musée de l’histoire allemande Raphael Gross a évoqué « un geste important permettant de reconnaître une injustice historique ».

    L’Allemagne a par ailleurs restitué des ossements datant de la colonisation africaine et s’est engagée en mars à accélérer ces restitutions. En février, le land du Bade-Wurtemberg a rendu deux objets à la Namibie. Plus largement, l’Allemagne va devoir à l’avenir réfléchir sur ces questions, surtout que d'autres pays l'ont déjà fait. C'est le cas de la France, après le rapport des expertes Bénédicte Savoy et Felwine Sarr proposant la restitution du patrimoine culturel africain présent en France.

    Des voix critiques dénoncent cependant le peu d’empressement des musées allemands, surtout lorsque des demandes n’ont pas été présentées par les pays africains concernés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.