GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    États-Unis: Donald Trump lance officiellement sa campagne pour un deuxième mandat
    Dernières infos
    • Trump accuse les démocrates d'être guidés par «la haine»
    • Trump: «Le monde entier» envie la santé de l'économie américaine
    • Trump dénonce les «Fake News» dès le début de son meeting en Floride
    • Trump lance sa campagne pour 2020 depuis Orlando en Floride
    • Le Japon accuse un déficit commercial en mai, nouveau repli des exportations
    • Attribution du Mondial 2022 au Qatar: Michel Platini ressort libre de garde à vue
    • Canada: Trudeau annonce l'agrandissement d'un oléoduc controversé
    Europe

    Autriche: la coalition au pouvoir implose, des législatives anticipées annoncées

    media Le chancelier autrichien Sebastian Kurz s'adresse aux médias à Vienne, le 18 mai 2019. REUTERS/Leonhard Foeger

    Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a annoncé ce samedi 18 mai la convocation prochaine d'élections législatives anticipées et la fin de la coalition avec le parti d'extrême droite FPÖ, ébranlée par un scandale qui a conduit à la démission du vice-chancelier Heinz-Christian Strache, piégé dans une vidéo.

    Le chancelier conservateur Sebastian Kurz a appelé à de nouvelles élections législatives, un an et demi après celles qui ont porté au pouvoir les conservateurs et l'extrême droite. « J'ai proposé au président de la République que de nouvelles élections soient organisées, et cela le plus tôt possible », a-t-il déclaré lors d'une allocution devant la presse, quelques heures après la démission du vice-chancelier Heinz-Christian Strache, chef du FPÖ.

    C’est au terme d’une journée riche en rebondissements que le chancelier conservateur a annoncé la convocation prochaine d’élections législatives anticipées, mettant ainsi fin à l’actuelle coalition qui n’aura duré qu’un an et demi.

    « Vous avez probablement tous observé que ces deux dernières années j'ai dû accepter beaucoup de choses. Mais après la vidéo je dois dire en toute honnêteté : assez, c’est assez. J'invite tous les gens en Autriche qui sont satisfaits de la ligne que nous avons amorcée ces dernières années à nous soutenir lors de l'élection », a déclaré Sebastien Kurz à propos de ce scandale et de l'attitude de son partenaire d'extrême droite qui « porte atteinte à la politique du changement (...) et à l'image » de l'Autriche. Le chancelier a estimé qu'il existait des présomptions « lourdes » « d'abus de pouvoir » contre Heinz-Christian Strache au regard des révélations de presse.

    MM. Kurz et Strache avaient formé en décembre 2017 un gouvernement de coalition, pour un mandat de cinq ans, comprenant six ministres d'extrême droite à des postes stratégiques, dont ceux de l'Intérieur et des Affaires étrangères. Mais une vidéo tournée en caméra cachée il y a deux ans et publiée vendredi soir par les médias allemands Süddeutsche Zeitung et Der Spiegel a fait imploser cette alliance. On y voit Heinz-Christian Strache promettre à une prétendue nièce d'oligarque russe l'attribution de marchés publics en échange de son soutien, notamment financier, au FPÖ.

    ►A lire aussi: Autriche: démission du vice-chancelier d'extrême droite Heinz-Christian Strache

    Les Autrichiens devraient donc bientôt retourner aux urnes. C’est la nouvelle qu’espéraient les milliers de manifestants rassemblés devant la chancellerie, tout comme l’opposition, rapporte notre correspondante à Vienne, Isaure Hiace.

    Selon Pamela Rendi-Wagner, la cheffe des sociaux-démocrates, Sebastian Kurz est responsable de cette crise, car c’est lui qui a choisi de gouverner avec le FPÖ.

    Les cartes sont désormais redistribuées. Mais le FPÖ sort déjà très affaibli de ce scandale, à seulement une semaine des élections européennes. Heinz-Christian Strache, à la tête du parti depuis 2005 a dû renoncer à le diriger. Les élections européennes, la semaine prochaine, seront donc sans doute un premier test. Hein-Christian Strache s'est d'ailleurs défendu en dénonçant une attaque préméditée qui avait pour but, selon lui, de faire exploser le gouvernement juste avant le scrutin européen.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.