GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Autriche: Kurz nomme des nouveaux ministres au profil «technique»

    media Le chancelier autrichien Sebastian Kurz fait une déclaration après la prestation de serment des nouveaux ministres à Vienne, le 22 mai 2019. REUTERS/Lisi Niesner

    En Autriche, le nouveau gouvernement a été intronisé ce mercredi 22 mai, en début d’après-midi. La plupart des ministres d’extrême droite ont été remplacés par des experts. Le FPÖ, le parti d’extrême droite qui était au pouvoir depuis fin 2017 aux côtés des conservateurs, a quitté le gouvernement avec fracas en début de semaine. Le chancelier conservateur Sebastian Kurz a appelé à des élections législatives anticipées qui devraient se tenir en septembre prochain. Il veut donc avec ce nouveau gouvernement assurer l’intérim d’ici là, mais l’opposition pourrait bien renverser le chancelier.

    Avec notre correspondant à Vienne,  Isaure Hiace

    Quatre experts ont été nommés pour remplacer les ministres d’extrême droite démissionnaires. Des profils de techniciens : c’est par exemple un ancien président de la Cour suprême qui reprend le ministère de l’Intérieur. Seule Karin Kneissl, ministre nommée par le FPÖ en 2017, mais pas membre du parti, reste à son poste aux Affaires étrangères.

    Avec ce gouvernement d’intérim, le chancelier Sebastian Kurz veut envoyer un message clair : l’Autriche a besoin de stabilité.

    « La mission d'un gouvernement de transition est différente : il ne s’agit pas de réformer, mais de diriger les ministères de manière stable. Mon but en tant que chancelier est de tout faire dans cette phase de transition, pour garantir la stabilité en Autriche. »

    Mais le chancelier le sait, une motion de censure a été déposée contre lui. Le FPÖ et les sociaux-démocrates n’ont pas exclu de la voter, ce qui pourrait le forcer à partir.

    « Je suis évidemment en discussion avec les chefs des autres partis. Je pense donc que j'assume mes responsabilités. Cette décision revient au Parlement, pas à moi », a-t-il déclaré.

    La motion de censure sera examinée lundi prochain, au lendemain des élections européennes.

    À lire aussi : Autriche: la coalition au pouvoir implose, des législatives anticipées annoncées

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.