GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: Theresa May se rapproche de la sortie après trois années délicates

    media La Première ministre britannique Theresa May à Downing Street, à Londres, le 2 mai 2019. REUTERS/Toby Melville

    Les appels à sa démission se multiplient,Theresa May est de plus en plus contestée. La Première ministre britannique a dû se résoudre à repousser le vote de son projet de loi de la « dernière chance » sur le Brexit. Le texte a fait l'objet d'un déluge de critiques tant de l'opposition travailliste que des eurosceptiques de son propre parti conservateur, entraînant ainsi la démission mercredi soir de la ministre chargée des relations avec le Parlement, Andrea Leadsom. Cette nouvelle crise rapproche encore Theresa May de la sortie.

    Lorsqu’elle prend les rênes du gouvernement en remplacement de David Cameron, 20 jours après le référendum de sortie de l’Union européenne, Theresa May se retrouve d’entrée de jeu dans une position inconfortable. Elle qui a milité pour le maintien dans l’UE, doit se muer en militante d’un divorce radical avec l’Union européenne sous la pression de l’aile la plus eurosceptique de son parti.

    Theresa May tente de faire en sorte que le Royaume-Uni ne dépende plus de la politique commerciale européenne tout en conservant un accès privilégié au marché unique.

    Impossible, lui rétorquent les Européens qui finissent par se lasser de ses atermoiements et l’affublent du surnom de Theresa « May be »,- « peut-être ».

    Pour avoir une meilleure main dans ses négociations, elle convoque des élections législatives anticipées. Mais les conservateurs perdent leur majorité absolue et se retrouvent dépendants des 10 élus du DUP, le parti unioniste nord-irlandais.

    L'accord qu'elle a négocié avec Bruxelles estrejeté à trois reprises par les députés. À chaque fois, la Première ministre encaisse, mais ne cède pas.

    Obnubilée par la cohésion de son parti pourtant très divisé entre les partisans d’un Brexit dur, ceux qui militent pour une union douanière et ceux qui espèrent encore rester dans l’UE, Theresa May finit par s’aliéner un grand nombre de ses soutiens. Elle a déjà vu partir une trentaine de membres de son gouvernement.


    Les scénarios qui attendent Theresa May

    Avec notre envoyée spéciale à Londres Béatrice Leveillé

    En présentant son plan de la dernière chance pour faire approuver début juin par le Parlement l’accord qu’elle a négocié avec l’Union européenne, Theresa May ne pensait pas que c’était son propre avenir qui était en jeu.

    Elle rencontre ce vendredi Sir Graham Brady, président du comité 1922, une institution au sein du parti conservateur qui a tenu mercredi dernier un scrutin pour changer les règles du parti et permettre un nouveau vote de défiance contre la Première ministre, au cas où elle n’accepterait pas de quitter ses fonctions de dirigeante du parti conservateur.

    Selon les règles actuelles, elle ne peut pas être démise de ses fonctions avant le mois de décembre, car elle a déjà survécu à un vote de défiance en décembre dernier. Le parti qui devrait faire un score catastrophique dans les urnes aux élections européennes - mais dont on ne connaîtra les résultats que dimanche, est confronté à la plus grave crise de son histoire.

    Le départ de la ministre en charge des Relations avec le Parlement, Andrea Leadsom, a ébranlé le gouvernement et entraîné un mini remaniement. En tous cas, Theresa May ne sera pas peut-être plus le leader des conservateurs, mais elle conservera ses fonctions de cheffe du gouvernement pour accueillir Donald Trump qui se rend pour la première fois au Royaume-Uni pour une visite de trois jours, le 3 juin prochain.

    À lire aussi : Royaume-Uni: fragilisée, Theresa May pourrait démissionner

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.