GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Theresa May démissionne, Moscou jubile

    media Theresa May et Vladimir Poutine, en 2016 à Hangzhou. ALEXEI DRUZHININ / SPUTNIK / AFP

    La démission de Theresa May ce vendredi suscite de nombreuses réactions à l’international. À Moscou, les autorités ne cachent pas leur satisfaction. Durant les trois années de son mandat, les relations entre Londres et Moscou se sont brutalement dégradées sur fond d’affaire Skripal, du nom de cet ancien agent double empoisonné en 2018.

    Avec notre correspondant à Moscou,  Daniel Vallot

    C’est presque avec jubilation, et en tous cas avec beaucoup d’ironie que la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakhorova a commenté la démission de Theresa May. D’abord avec une plaisanterie postée sur les réseaux sociaux : « May démissionne en juin, c’est logique ! » Puis en proposant un Oscar à la dirigeante britannique pour l’annonce de son retrait.

    Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, se montre de son côté beaucoup plus sérieux, mais tout aussi sévère à l’encontre de la Première ministre. « Malheureusement, je n’ai pas le souvenir d’un quelconque apport positif de Theresa May au développement de notre relation bilatérale. C’est plutôt l’inverse. Son mandat constitue une période très compliquée de nos relations. »

    Si Moscou garde un très mauvais souvenir de Theresa May, c’est bien sûr en raison de l’affaire Skripal, et des accusations formulées contre la Russie par la dirigeante britannique. Accusation hâtive et infondée aux yeux des autorités russes, qui sont ulcérées par les sanctions adoptées dans la foulée. Depuis, Theresa May est devenue l’une des cibles favorites de la diplomatie russe, qui n’a raté aucune occasion de critiquer la dirigeante britannique.

    ►À lire : Affaire Skripal: un an après l'empoisonnement, toujours autant de zones d'ombre

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.