GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Espagne: nouveau dimanche électoral crucial avec trois scrutins

    media Alors que les Espagnols votaient fin avril pour les élections générales, ils votent ce dimanche pour les élections européennes, autonomiques et municipales. AFP Photo/OSCAR DEL POZO

    Ce dimanche 26 mai, les Espagnols aussi retournent aux urnes. En Espagne, ces élections européennes coïncident avec les scrutins régionaux et municipaux. Les résultats du jour auront donc de multiples enjeux dans le pays, explique sur RFI Hubert Peres, chercheur au Centre d’études politiques de l’Europe latine.

    Ces scrutins, les derniers en principe avant quatre ans, constituent un test électoral important pour les deux partis traditionnels espagnols : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et le Parti populaire (PP). Mais aussi pour Podemos et enfin Ciudadanos qui, après la crise catalane, a vu sa popularité croître dans les sondages. Mais ces élections municipales et régionales ne risquent-elles pas d’occulter le scrutin européen ?

    Pour Hubert Peres, cela pourrait être l’inverse en incitant à voter dans un pays qui ne s’intéresse plus aux élections européennes : « Les élections européennes en Espagne comme dans beaucoup d’autres pays sont des élections où on a voté de moins en moins au cours du temps. À peu près 40 % de votants simplement la dernière fois. Réunir toutes ces élections, c’est profiter en quelque sorte de l’attrait pour les élections autonomiques et municipales. En Espagne, l’enjeu européen n’est pas très fort. »

    ► À écouter aussi : En Espagne, un paysage politique fracturé

    Une Espagne plutôt europhile

    Si l’enjeu n’est pas si fort en Espagne, c’est aussi parce que la question européenne divise peu au sein de ce pays très en faveur de l’Union européenne, ajoute le professeur : « Si on met de côté Vox, qui n’a pas insisté là-dessus dans sa campagne, on n’a pas de parti anti-européen. La gauche radicale espagnole n’a pas du tout le discours anti-européen que peut avoir en France la France insoumise, c’est-à-dire contre les politiques de l’Union européenne actuelles. On n’a pas cet enjeu qui est de dire : est-ce qu’on va avoir un résultat favorable ou non à la poursuite de la construction européenne ? »

    « Globalement, poursuit Hubert Peres, les Espagnols sont très favorables à l’Union européenne, mais les divisions entre les différents partis sont assez faibles à ce sujet. Sauf, encore une fois, l’extrême droite et évidemment aussi Vox qui veut augmenter considérablement son vote par rapport aux élections générales, car ce serait probablement très, très commenté. Mais il y a peu de chances à ce stade que cela se produise. »

    Négociations entre Podemos et le PSOE

    Moins d’un mois après les élections législatives qui ont vu la victoire des socialistes (28,7 % des voix, 123 députés sur 350 au total), ces derniers ont entamé des discussions avec le parti de gauche Podemos pour former une coalition. Le résultat des scrutins de ce dimanche pourrait peser sur ces négociations selon la réussite de chacun des deux partis. « Il est probable que les résultats d’une élection autonomique et municipale enregistreront l’allant du PSOE aux élections générales », confirme le chercheur.

    « Maintenant, il y a des facteurs locaux qui sont extrêmement importants et en particulier du fait que, dans un certain nombre de grandes villes, on a des gouvernements qui étaient des gouvernements de coalition, précise Hubert Peres. Il est évident que, si le PSOE remporte de très grands succès, si dans un grand nombre de cas il continue à gouverner certaines coalitions, par exemple de grandes municipalités, mais dans une position beaucoup plus favorable, Pedro Sanchez et les socialistes seront confortés dans l’idée de préférer un gouvernement socialiste monocolore, mais appuyé par Podemos. »

    ►À écouter aussi : Pedro Sanchez, l’homme qui change les défaites en victoires

    La pression est donc sur Podemos qui doit avoir un succès sur les trois différents scrutins du dimanche, si le parti souhaite avoir une vraie place au sein du gouvernement de Pedro Sanchez : « Podemos, au contraire, veut absolument rentrer au gouvernement et veut participer, non seulement à une coalition majoritaire au Parlement, mais à une coalition gouvernementale. Il est évident que Podemos joue assez gros, de ce point de vue, confirme Hubert Peres. Plus ses résultats seront bons, plus il pourra appuyer sa solution dans le gouvernement de coalition. »

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.