GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Européennes: la Hongrie offre une large victoire au parti de Viktor Orban

    media Le Premier ministre hongrois Viktor Orban s'adresse à ses partisans, après l'annonce des résultats provisoire des élections européennes en Hongrie, à Budapest, le 26 mai 2019. REUTERS/Bernadett Szabo

    En Hongrie, le Fidesz, parti nationaliste et conservateur, a rassemblé 52,14% des voix, loin devant les 16,26% de la Coalition démocratique, de gauche.

    Avec notre envoyée spéciale à Budapest, Anissa El Jabri

    « C’est clair, ce soir les électeurs veulent du changement à Bruxelles. Il faut des dirigeants qui servent vraiment les intérêts des Européens. Des dirigeants qui respectent les nations européennes. Des dirigeants qui sont fiers de notre culture chrétienne deux fois millénaire. Nous allons travailler avec tous ceux qui veulent stopper l’immigration ».

    Les mots sont forts, mais tout se passe comme si Viktor Orban était comme encombré par cette nouvelle victoire électorale, sur fond de record de participation. Certes, on pouvait voir dimanche soir au siège du Fidesz le porte-parole du gouvernement se frotter les mains. Certes, Viktor Orban a célébré comme à son habitude sa victoire sur une tribune au bord du Danube.

    Cette victoire électorale nous donne un mandat. Les Hongrois nous ont dit: il faut arrêter l’immigration dans toute l’Europe. Ils nous ont donné mandat pour sauver l’Europe des nations.

    Viktor Orban réagit à la victoire de son parti aux élections européennes 27/05/2019 - par Anissa El Jabri Écouter

    Les accents nationalistes sont classiques et comme toujours le Premier ministre fait planer la menace d’une alliance avec l’extrême droite européenne. Mais difficile de savoir ce qu’il va vraiment faire de sa victoire.

    Dans son discours de cinq minutes devant une poignée de sympathisants, une centaine de personnes vite éparpillées, le message reste flou. Alors, c’est vrai, Viktor Orban célèbre toujours l’Italie de Matteo Salvini, mais de là à franchir le pas, même le cœur de son électorat a parfois un peu du mal. Et puis, pas question de siéger aux côtés des lepénistes, dit-on au Fidesz.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.