GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Royaume-Uni: accueil mitigé des Londoniens à la venue de Trump

    media Des drapeaux américains et britanniques ont été installés le long de l’artère qui mène à Buckingham Palace, dans le centre de Londres. REUTERS/Simon Dawson

    La visite d’État officielle de Donald Trump au Royaume-Uni débute ce lundi 3 juin. Le président américain a été reçu par la reine Elisabeth II avant d’aller se recueillir sur la tombe du soldat inconnu à l’abbaye de Westminster. Une visite de trois jours qui ne manque pas de faire parler d'elle.

    Le président Donald Trump et son épouse Melania Trump ont atterri à l’aéroport de Stansted, au nord de Londres, au milieu de la matinée du 3 juin, relate notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix.

    Ils ont ensuite gagné Buckingham Palace, où leur arrivée en hélicoptère a été saluée par 82 coups de canons, alors que le drapeau américain flottait aux côtés de l’Union Jack britannique tout le long du Mall, la grande avenue qui mène de Trafalgar Square au palais royal.

    La relation États-Unis-Royaume-Uni est beaucoup moins spéciale aujourd'hui qu'il y a trente ans...

    Philip Golub

    Professeur de sciences-politiques à l'université américaine de Paris.

    03/06/2019 - par Stefanie Schüler Écouter

    Cette première journée de visite est tout entière consacrée aux cérémonies comme le souhaitait Donald Trump, qui attendait depuis longtemps cette visite avec tous les honneurs et surtout les membres de la famille royale. Le fils aîné de la reine, le prince Charles, et son épouse Camilla les attendaient, avant que le couple présidentielle déjeune avec la reine Elisabeth II.

    Parmi les membres de la famille royale présents, se trouvait également le prince Harry… sans son épouse américaine Meghan Markle. Celle-ci était absente officiellement pour cause de congé de maternité, après la naissance de leur fils il y a un mois, mais il se peut que ce soit un bon moyen pour la duchesse de Sussex d’éviter un président qu’elle a beaucoup critiqué par le passé. Même s’il le nie, un enregistrement audio confirme bien que le président a répondu à ces attaques et a traité de « méchante » Meghan Markle.

    Tout, du petit détour par l’abbaye de Westminister au grand banquet de ce soir au palais de Buckingham, se déroule loin du public alors que des centaines de milliers de personnes s’apprêtaient à protester contre la venue de Donald Trump et notamment lors d’un grand rassemblement à Trafalgar square demain.

    Sadiq Khan, un « loser total », lance Trump

    Fidèle à son aura, Donald Trump suscite déjà la polémique au sein de la classe politique au Royaume-Uni : soit on attend son soutien électoral avec impatience, comme Boris Johnson, soit on sort les armes, comme c’est le cas du maire de Londres, le travailliste Sadiq Khan qui le comparait à un fasciste du XXe siècle dans la presse dominicale.

    Quelques minutes avant son atterrissage, le président américain a d'ailleurs répondu à ces piques, traitant Sadiq Khan de « loser total ». Sadiq Khan boycotte d’ailleurs sans surprise le banquet organisé en l’honneur du président américain tout comme Jeremy Corbyn, le chef de l’opposition travailliste, Vince Cable, celui des libéraux-démocrates et John Bercow, le président du Parlement de Westminster.

    Avant son arrivée, Trump s'est invité à la table du Brexit

    Car Donald Trump n’a pas hésité à donner un avis tranché sur la politique locale, critiquant notamment la Première ministre démissionnaire Theresa May ou affichant son soutien à Boris Johnson, qui lorgne la direction du gouvernement, rappelle notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier.

    Le président américain, qui a bien peu d’affinités avec les Européens continentaux, a ainsi donné un conseil radical aux Britanniques concernant le Brexit : « Si vous n’obtenez pas l’accord que vous voulez, alors quittez la table des discussions », recommande-t-il, estimant même que la Première ministre Theresa May s’est fait avoir par ses interlocuteurs européens.

    Et Donald Trump d’ajouter que dans une position équivalente, lui, refuserait de payer les quelque 40 milliards d’euro que Londres devrait débourser au titre de ses engagements pour le budget pluriannuel européen en cours.

    Dans la même veine, Donald Trump a aussi rappelé son estime pour Nigel Farage, désormais leader du Parti du Brexit, ainsi que pour Boris Johnson, qui ferait « un excellent Premier ministre ».

    Même si Donald Trump ne cache pas qu’il anticipe déjà le potentiel d’un nouvel accord commercial entre son pays et la Grande-Bretagne, ces commentaires sans filtre sur la politique intérieure d’un pays allié détonnent.

    Je crois que tout le pays est en train de rire...

    Denis MacShane, ancien ministre britannique des Affaires européennes de Tony Blair. 03/06/2019 - par Achim Lippold Écouter

    Une « diplomatie sans garde-fou »

    Les Londoniens, quant à eux, voient cette visite d’État comme une conséquence malheureuse, bien qu’inévitable, souligne notre autre correspondante à Londres, Marina Daras.

    « Je pense que c'est de la diplomatie sans garde-fou, commente une jeune femme. Je comprends que le Royaume-Uni veuille garder des relations fortes avec les États-Unis et je comprends qu’en politique on essaie de faire en sorte que tout le monde soit content. Cependant, Trump représente ce qu’il y a de pire aux États-Unis et en l’être humain en général et, franchement, si cela ne dépendait que de moi ou de la plupart des gens, nous n'aurions rien à faire avec lui. Mais voilà, il est président. »

    « Non, je ne suis pas vraiment d'accord avec l'idée d'avoir à payer pour qu'un milliardaire vienne dans notre pays, surtout s'il est si controversé et déraisonnable, souligne un homme. Mais en même temps, si le Brexit se produit - ce que je ne souhaite pas -, nous aurons besoin d’avoir de bonnes relations avec d'autres pays. Nous ne voulons pas que cela se produise, mais en même temps, on ne peut certainement pas y échapper. »

    D’importantes manifestations sont annoncées à Londres dans les jours à venir. La participation est encore incertaine, mais les groupes d’opposition comptent bien perturber la visite du président américain.

    [L'objectif de cette visite] c'est surtout de bonnes photos pour la presse et la télé chez lui, aux États-Unis...

    Denis MacShane, ancien ministre britannique des Affaires européennes de Tony Blair. 03/06/2019 - par Achim Lippold Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.