GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Trump annonce le départ de son ministre de l'Energie Rick Perry
    Europe

    Autriche: le nouveau gouvernement intronisé

    media Brigitte Bierlein (4e gauche), accompagnée du président autrichien (à sa droite), présente son gouvernement de transition, intronisé à Vienne, en Autriche, le 3 juin 2019. REUTERS/Leonhard Foeger

    Brigitte Bierlein, nouvelle chancelière autrichienne – une première – a présenté lundi 3 juin son nouveau gouvernement, qui devra assurer l’intérim jusqu’aux résultats des élections législatives anticipées qui devraient se tenir en septembre. Ce gouvernement de transition est un gouvernement technique.

    Avec notre correspondante à Vienne, Isaure Hiace,

    Brigitte Bierlein a choisi des experts pour occuper les différents ministères. Ainsi, Clemens Jabloner, ancien président de la Cour administrative suprême devient ministre de la Justice, mais aussi vice-chancelier. Le seul poste qui semble avoir nécessité plus de discussions est celui du ministère de l’Intérieur. Plusieurs noms avaient été cités, mais aucun ne semblait faire l’unanimité. C’est finalement Wolfgang Peschorn, un juriste, qui a été nommé à ce poste.

    Le nouveau gouvernement autrichien respecte par ailleurs la parité, avec six femmes et six hommes. Pour la nouvelle chancelière, l’objectif est d’amener une certaine stabilité en Autriche. Car le pays traverse une crise gouvernementale d’ampleur depuis la diffusion, le 17 mai, d’une vidéo très compromettante pour le FPÖ, le parti d’extrême droite, qui a dû par la suite quitter la coalition avec les conservateurs. Ce scandale a aussi emporté Sebastian Kurz, le désormais ex-chancelier conservateur, renversé par une motion de censure lundi 27 mai.

    Cet exécutif d’experts devrait jouir d’une majorité au Parlement, ce qui permettrait à l’Autriche d’avoir un gouvernement qui expédie les affaires courantes jusqu’aux élections législatives, prévues en septembre 2019.

    ► Lire aussi : Autriche,  la coalition au pouvoir implose, des législatives anticipées annoncées

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.