GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Projet de fusion FCA-Renault: Fiat Chrysler retire son offre

    media Le constructeur automobile italo-américain Fiat Chrysler a retiré son offre de fusion avec Renault. Crédit : Kazuhiro NOGI / AFP

    Le constructeur Fiat Chrysler (FCA) a retiré, dans la nuit du mercredi 5 juin au jeudi 6 juin, sa proposition de fusion avec Renault pour former le numéro trois mondial de l'automobile, faute d'obtenir un engagement rapide du groupe français, freiné par l'État actionnaire.

    Le constructeur automobile italo-américain Fiat Chrysler a annoncé dans un communiqué qu'il retirait son offre de fusion avec Renault, estimant que « les conditions politiques [n'étaient] actuellement pas réunies en France pour mener à bien un tel rapprochement ». Fiat Chrysler a précisé qu'il restait « fermement convaincu » de l'intérêt de ce projet.

    Le conseil d'administration de Renault, réuni mercredi 5 juin au soir pour la deuxième journée consécutive, afin d'étudier cette proposition, n'a pas été en mesure de prendre une décision. Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire « a fait savoir qu'il voulait un [nouveau] conseil [d'administration] mardi [prochain] après son voyage au Japon » prévu en fin de semaine, a expliqué une source proche de Renault. Le ministre souhaitait s'entretenir au préalable avec son homologue japonais.

    Nissan tenu à l'écart

    Pourtant, lors du vote mercredi soir au siège de Boulogne-Billancourt, près de Paris, « tous les administrateurs étaient pour, à part un représentant des salariés affilié à la CGT et les deux représentants de Nissan qui se sont abstenus, comme prévu », a ajouté cette source. Les deux administrateurs nommés par Nissan ont cependant demandé « à ce que soit écrit dans le PV le fait qu'ils pourraient dire oui avec un peu plus de temps », a-t-elle poursuivi.

    Tenu à l'écart des discussions entre Renault et FCA jusqu'à l'annonce du projet il y a dix jours, Nissan, dont Renault détient 43% du capital, et qui contrôle 15% de Renault, craignait d'être marginalisé dans l'opération mais y voyait aussi des opportunités en matière de partages de technologies. Le rejet par Nissan d'une proposition d'intégration renforcée avec Renault avait précipité les négociations franco-italiennes.

    L'État pose ses conditions

    Au nom de l'État français, premier actionnaire de Renault, le ministre de l’Économie avait posé quatre conditions à ce mariage : le respect de l'alliance avec Nissan donc, la préservation des emplois, une gouvernance équilibrée et une participation au projet européen de batterie électrique. Mercredi, Bruno Le Maire avait surtout mis en garde contre toute précipitation. Mais FCA juge donc que les conditions politiques en France ne sont pas réunies pour cette fusion qui avait enthousiasmé les marchés. C'est le second échec en France pour Fiat Chrysler qui a eu des discussions avec un autre constructeur français, PSA, là déjà infructueuses.

    Bruno Le Maire a dit aujourd’hui, jeudi 6 juin, prendre « acte » du retrait de l'offre de fusion avec Renault déposé par Fiat Chrysler (FCA), assurant que l'État français avait travaillé « de manière constructive » sur ce projet. « Dès la présentation de cette offre, l'État, actionnaire de Renault à 15,1%, l'a accueilli avec ouverture et a travaillé de manière constructive avec l'ensemble des parties prenantes », a déclaré le ministre dans un communiqué, en soulignant qu'un accord avait été obtenu sur trois des quatre grands sujets sur la table des négociations, avant leur rupture. 

    Gérald Darmanin, le ministre du Budget, assume la position du gouvernement et estime que les discussions pourraient reprendre si les conditions sont réunies. De son côté Muriel Pénicaud, invitée de la matinale de RFI a estimé qu'il était « normal » que le conseil d'administration de Renault soit « exigeant » et prenne le temps d'étudier les conséquences d'un éventuel rapprochement avec Fiat Chrysler Automobiles.

     

    Il est normal que le conseil d'administration de Renault demande plusieurs semaines, ou plusieurs mois pour étudier une offre , et pas plusieurs jours, pour voir les conséquences en matière de stratégie industrielle, d'innovation, d'emploi, qui est un sujet essentiel. C'est normal que le conseil d'administration soit exigeant. Si l'autre partie ne veut pas prendre le temps de cet examen approfondi et des précautions qu'on prend, et bien c'est la vie industrielle.

    Muriel Pénicaud, ministre du Travail 06/06/2019 - par RFI Écouter

    A l'ouverture des bourses ce matin, Renault accuse une baisse de 7% à Paris et à Milan, l'action de Fiat-Chrysler a cédé un peu plus de 3% avant de se reprendre un peu et d'afficher -1,7%. Un rééquilibrage auquel il fallait s'attendre... Les marchés avaient en effet salué le projet de fusion fin mai.

    Il faut dire que cette fusion aurait permis de former le numéro 3 mondial de l'automobile avec pour objectif d'atteindre une taille critique permettant de financer sans difficultés les ruptures technologiques qui bouleversent le secteur.  

    ► À lire aussi : Renault en discussion avec Fiat-Chrysler, vers un géant de l’automobile ?

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.