GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Parlement européen: Marine Le Pen présente «Identité et Liberté» à Bruxelles

    media Marine Le Pen, entouré de Marco Zanni du parti italien La Ligue, Jorg Meuthen de l'AfD et Gerolf Annemans du Vlaams Belang flamand à Bruxelles, le 13 juin 2019. REUTERS/Francois Lenoir

    La présidente du Rassemblement national (RN) est à Bruxelles pour régler les derniers détails du nouveau groupe eurosceptique au Parlement européen. Ce nouveau groupe, Identité et Liberté, a été présenté par Marine Le Pen ce jeudi matin. Au niveau des effectifs, on est bien loin des promesses de la campagne européenne. 

    De notre envoyée spéciale à Bruxelles, Anne Soedtemondt

    Il n’y aura pas de supergroupe eurosceptique, comme l’avait pourtant promis Marine Le Pen pendant sa campagne européenne. A l’arrivée, c’est un groupe de 73 eurodéputés qui est formé derrière le PPE, la droite européenne, le groupe de la République en Marche et des écologistes. Le groupe renommé « Identité et Liberté » sera donc le quatrième du Parlement.

    Dans ce groupe, les Italiens de la Ligue, des Français, des Allemands, des Autrichiens, des Belges, des Danois, des Tchèques et un Estonien. Mais restent à l’extérieur: les Hongrois du Fidesz, les Espagnols de Vox, les Anglais du parti du Brexit de Nigel Farage ou encore les Polonais du PiS. Ces deux derniers mouvements, puissants numériquement, auraient permis de passer la barre des 100 élus.

    Les nationalistes ont beau être en dynamique, ils resteront donc divisés au Parlement en trois groupes. Marine Le Pen a toutefois insisté sur la présence d’un bloc souverainiste qui au total avoisine les 200 élus et sur le fait que les portes étaient toujours ouvertes. Le groupe a vocation à s’agrandir, a-t-elle expliqué.

    Symbole de la dure réalité à laquelle s’est heurté le RN dans cette affaire : la perte de la présidence du groupe. Nicolas Bay laisse sa place à Marco Zanni (La Ligue), un proche de Matteo Salvini. C’était la condition du ralliement d’au moins deux délégations, explique-t-on en privé. Marine Le Pen, grande gagnante des élections en France a donc encore du chemin à faire pour remporter la bataille de l’Europe.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.