GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Espagne: Madrid bascule à droite grâce au soutien de l'extrême droite de Vox

    media Le nouveau maire de Madrid, José Luis Martinez-Almeida (Parti populaire, PP, conservateur) le 15 juin 2019. OSCAR DEL POZO / AFP

    La municipalité de Madrid a basculé à droite ce 15 juin grâce au soutien du nouveau parti d'extrême droite Vox apporté au candidat conservateur, José Luis Martinez-Almeida.

    Trois semaines après les élections municipales, et au terme d'intenses négociations, le conservateur José Luis Martinez-Almeida, du Parti populaire (PP), a été élu maire grâce au soutien à la fois des conseillers de centre-droit de Ciudadanos et de l'extrême droite de Vox.

    Trente conseilleurs municipaux ont voté pour José Luis Martinez-Almeida, jeune loup du Parti populaire peu connu jusqu'à maintenant, soit plus que la majorité absolue nécessaire. L’ultra droite parvient donc à expulser du pouvoir municipal l’ancienne juge Manuela Carmena, 75 ans, une des grandes figures de la gauche espagnole élue en 2015 grâce au soutien de la gauche et de l'extrême gauche.

    Soutien polémique de Vox

    Le Parti populaire gérera Madrid en coalition avec Ciudadanos et avec le soutien de Vox. Fondé en 2013 et encore pratiquement absent du paysage politique il y a un an, ce dernier parti progresse dans le pays. Il a remporté en avril 10% des voix et 24 élus sur 350 députés au Parlement espagnol.

    À lire aussi : Législatives en Espagne: des électeurs inquiets du retour de l’extrême droite

    « Vous allez nous entendre déplorer autant que nécessaire le fait que vous ayez décidé d'accorder à une force comme Vox la capacité de décider du gouvernement de la ville la plus importante d'Espagne, l'une des plus importantes du monde », a réagi José Vicente « Pepu » Hernandez, candidat malheureux du Parti socialiste à la mairie de Madrid.

    Le PP et Ciudadanos ont signé un accord en 80 points pour gouverner ensemble la capitale et détricoter ce que la maire sortant a fait en cinq ans. Parmi eux, une révision de Madrid Central, un système de restriction de la circulation dans le centre-ville mis en œuvre par Manuela Carmena. Et ce, pour citer Martinez Almeida, au nom de la liberté de circuler. Ce schéma interdit sous peine d'amende aux automobilistes l'accès au centre-ville, avec l'objectif affiché d'une réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre.

    Le nouveau maire veut aussi édifier un monument aux quelque 1 600 victimes du terrorisme, construire de nouveaux tunnels et en finir avec la piétonnisation du centre ville. La nouvelle équipe bénéficie en tout cas d’un gros avantage : la maire Manuela Carmena avait su réduire de moitié la dette municipale.

    (Avec AFP)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.