GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: un débat inédit entre les deux candidats à la mairie d'Istanbul

    media Le débat à la télévision entre l'ancien Premier ministre Binali Yildirim (d), candidat de l'AKP à la mairie d'Istanbul, et le candidat du Parti républicain du peuple (CHP, laïque) Ekrem Imamoglu (g) est suivi ici à Istanbul, le 16 juin 2019. Ozan KOSE / AFP

    Dans moins d’une semaine, dimanche 23 juin, les quelque dix millions et demi d’électeurs d’Istanbul sont appelés à élire leur maire. Les partis rejouent la municipale du 31 mars, qui avait été annulée à la demande du président Recep Tayyip Erdogan, au prétexte d’irrégularités. Les deux candidats à la mairie d'Istanbul se sont affrontés dimanche soir 16 juin au cours d'un débat à la télévision. Une première depuis 17 ans.

    Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

    Le principal candidat d’opposition, Ekrem Imamoglu espère l’emporter une seconde fois face à celui du pouvoir, Binali Yildirim. Les deux hommes se sont affrontés ce dimanche soir au cours d’un débat en direct à la télévision.  L’événement en lui-même était exceptionnel : cela faisait 17 ans que Recep Tayyip Erdogan n’avait pas donné son feu vert à un tel débat.

    Un débat politique sans véritable gagnant ni perdant, sans séquence inattendue ou réellement marquante, mais qui a au moins eu le mérite d’exister et de s’imposer dans les foyers turcs, puisqu’il était retransmis par toutes les grandes chaînes.

    Le candidat d’opposition, Ekrem Imamoglu, est toutefois apparu plus préparé ou plus à l’aise que son rival. Plus offensif, aussi, notamment quand il s’est agi de revenir longuement sur l’annulation du scrutin du 31 mars et sur l’enjeu du vote de dimanche :

    « Ce nouveau scrutin est une lutte pour la démocratie. C’est une lutte contre ceux qui ont volé notre droit… contre ceux qui ont volé le droit de 16 millions de nos concitoyens. C’est une lutte pour offrir à Istanbul une gestion propre », a déclaré Ekrem Imamoglu.

    Quant à l’ancien Premier ministre Binali Yildirim, candidat du pouvoir, il a cherché à ramener le débat sur les réalisations de son parti à Istanbul ces 25 dernières années, et sur ses promesses de campagne. Mais le modérateur n’a pas résisté à lui demander s’il accepterait le verdict des urnes, cette fois-ci.

    « Le résultat d’un scrutin doit être accepté… mais un scrutin, c’est aussi un processus juridique. Donc, si le dépouillement des bulletins doit à nouveau être contesté, il le sera. Mais peut-être que cette fois, ce ne sera pas nous, mais Monsieur Imamoglou qui contestera... », a affirmé Binali Yildirim.

    Qu’il ait ou non un impact sur les résultats du 23 juin, ce long débat de trois heures n’en était pas moins historique, car inédit depuis près de 20 ans. Et pour beaucoup de chaînes turques, c’était la première fois depuis de longues années qu’un membre de l’opposition se voyait accorder un tel temps d’antenne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.