GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: Erdogan utilise la mort de Morsi pour mobiliser son électorat

    media Prière funéraire à la mémoire de l’ancien président égyptien Mohamed Morsi, à Istanbul, le 18 juin. REUTERS/Murad Sezer

    Des milliers de personnes ont participé, mardi 18 juin, à Istanbul à une prière funéraire à la mémoire de l’ancien président égyptien Mohamed Morsi, dont la Turquie de Recep Tayyip Erdogan était l’un des principaux soutiens. Le président turc, en campagne pour l’élection municipale d’Istanbul qui se tiendra dimanche, n’a pas hésité à utiliser ce décès pour mobiliser les électeurs.

    Avec notre correspondante à Istanbul Anne Andlauer

    Prières et hommages appuyés, jusqu’au sommet de l’État : la mort de Mohamed Morsi fait beaucoup parler en Turquie, pays qui avait soutenu jusqu’au bout le régime de l’ancien président égyptien et n’a cessé de dénoncer le coup d’État qui l’a renversé.

    Le chef de l’État turc, Recep Tayyip Erdogan, a salué la mémoire d’un « martyr », de son « frère » dont il a estimé que la mort n’était pas « normale ». Il en a profité pour dénoncer les pays occidentaux qui entretiennent des relations avec le régime de l’actuel président Abdel Fattah al-Sissi. Depuis son arrivée au pouvoir en 2013, les relations entre la Turquie et l’Égypte sont quasiment inexistantes, et Recep Tayyip Erdogan n’a jamais rencontré Abdel Fattah al-Sissi, qu’il juge illégitime.

    Le décès de Mohamed Morsi ne fournit pas seulement au président turc l’occasion de s’en prendre une fois de plus aux Occidentaux. Il lui sert aussi d’argument dans la campagne pour l’élection municipale de ce dimanche à Istanbul, qui intervient deux mois après l’annulation d’un premier scrutin perdu par le parti du chef de l’État. Ne craignant aucun raccourci, Recep Tayyip Erdogan a jugé que cette municipale se jouerait entre ceux qui soutiennent les coups d’État et ceux qui les opposent.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.