GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Municipales en Albanie: la crise politique s'amplifie à la tête de l'exécutif

    media Des partisans de l'opposition manifestent devant un bâtiment scolaire désigné comme bureau de vote, lors d'une manifestation antigouvernementale à Kavaja, le 19 juin 2019. REUTERS/Florion Goga

    La crise politique autour du futur scrutin municipal s'aggrave, avec des positions toujours plus éloignées entre le président de la République Ilir Meta et le Premier ministre Edi Rama. Le premier veut annuler le scrutin, le second veut le maintenir. Sur le terrain, la situation se tend.

    Avec notre correspondant à Belgrade,  Laurent Rouy

    Dernier rebondissement en date en Albanie : le président Ilir Meta, qui avait décrété l'annulation des élections municipales a écrit à l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Il dénonce un scrutin illégal.

    En face, le Premier ministre Edi Rama se targue de l'appui de la commission électorale pour maintenir ce scrutin. Il considère que le président n'a pas les prérogatives d'annuler une élection. Il considère que la décision est donc sans valeur.

    Dans les villes tenues par l'opposition, la situation se tend. Exemple à Shkodra, dans le Nord, où la mairie a demandé à la police municipale d'expulser la commission électorale. Celle-ci n'a dû son salut qu'à la protection de la police nationale.

    Dans une autre ville d'opposition, Tropoja, des habitants ont saccagé les bureaux de la commission électorale et jeté tout le matériel par la fenêtre.

    L' OSCE qui doit observer la régularité du scrutin fait part de son inquiétude, mais ne prend pas position. Il semble peu probable qu'un compromis soit trouvé d'ici au scrutin, prévu le 30 juin.

    À lire aussi :Albanie: passe d'armes sur les municipales entre président et Premier ministre

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.