GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Accident de Fukushima: trois anciens dirigeants de Tepco acquittés par le tribunal
    • Polynésie: saisie de 5,5 kilos de méthamphétamine à l'aéroport de Tahiti (parquet de Papeete)
    • Afghanistan: dix morts lors d'un attentat à la voiture piégée dans le Sud (gouverneur)
    Europe

    Allemagne: deux maires pro-migrants menacés de mort

    media Un manifestant à Chemnitz, lors d'une manifestatoin d'extrême-droite, brandit une pancarte: «Qui n'aime pas l'Allemagne devrait quitter l'Allemagne», le 1er septembre 2018 (image d'illustration). REUTERS/Hannibal Hanschke

    Les responsables politiques allemands considérés comme favorables aux migrants par l'extrême droite sont dans le collimateur de groupes xénophobes. Des menaces directes leur sont adressées comme viennent de le révéler deux maires déjà agressés physiquement dans le passé. Des informations préoccupantes alors qu'un responsable politique conservateur a été tué au début du mois et qu'un suspect au passé néonazi a été interpellé.

    Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

    « Des violences terroristes d’extrême droite sont dans le climat actuel de haine à tout moment possibles. » Pour Timo Reinfrank de la fondation Amadeu Antonio spécialisée dans la surveillance de l’extrême droite, l’heure est grave.

    Des listes de responsables politiques circulent sur le net contre des élus en raison notamment de leurs positions favorables aux migrants. Sur le site « Nuremberg 2.0 », on recense tous ceux qui sont accusés de contribuer à l’islamisation systématique de l’Allemagne. Les réseaux sociaux relaient abondamment ces attaques ad hominem.

    Après le meurtre au début du mois d’un responsable chrétien-démocrate et l’arrestation le week-end dernier d’un suspect au passé néonazi, deux maires allemands, déjà physiquement attaqués par des extrémistes de droite dans le passé, révèlent avoir reçu de nouvelles menaces. Par exemple, la mairesse de Cologne Henriette Reker grièvement blessée au couteau à l’automne 2015, année où l’Allemagne a accueilli plusieurs centaines de milliers de réfugiés.

    Pour le président de l’association des villes allemandes, ces menaces constituent une stratégie de l’extrême-droite : « À partir du moment où tu prends des positions claires, tu es menacé. Nous avons dû nous habituer à ce genre de pratiques. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.