GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    «Camion de la mort»: les passeurs de migrants condamnés à perpétuité en Hongrie

    media Le juge hongrois annonce le verdict final devant un tribunal de Szeged, ce jeudi 20 juin 2019. REUTERS/Tamas Kaszas

    Des passeurs de migrants ont été condamnés à la prison à vie ce jeudi 20 juin en Hongrie. Leurs peines ont été aggravées en appel. Ils sont accusés d'avoir laissé mourir des migrants dans un camion frigorifique en 2015. Il y a eu 71 morts.

    L'histoire a ému le monde entier. Le 26 août 2015, des migrants venus de Syrie, d'Irak et d'Afghanistan arrivent au sud de la Hongrie. Fuyant la guerre et la misère, ils espèrent rejoindre l'Allemagne. Pour leur voyage, ils ont payé des passeurs qui les embarquent dans un camion frigorifique.

    Soixante et onze personnes s'entassent dans 14m². Très vite, elles manquent d'air et demandent aux passeurs qu'on leur ouvre le compartiment étanche du camion, ce qu'ils refusent.

    Les migrants, dont des femmes et des enfants, meurent quelques heures plus tard. Le camion est alors abandonné sur le bas-côté d'une route et découvert le lendemain. La police hongroise a établi depuis qu'un certain Samsoor Lahoo, un Afghan d'une trentaine d'années, avait interdit à ses hommes de donner de l'air aux migrants qui suffoquaient.

    C'est lui le chef du réseau de passeurs. Il a été condamné ce jeudi à la perpétuité comme trois autres de ses complices. En première instance, ils avaient écopé de 25 ans de prison. Trop peu pour le parquet hongrois qui avait fait appel, réclamant des sanctions plus lourdes dans cette affaire d'une exceptionnelle gravité.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.