GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: le Congrès bloque une vente d'armes à l'Arabie saoudite, un revers pour Trump
    • Ankara juge «injuste» la décision américaine de bloquer sa participation au programme F-35
    • États-Unis: rejet par la Chambre des représentants d'une motion appelant à une procédure de destitution de Trump
    • CAN 2019: le Nigeria domine la Tunisie 1-0 lors de la petite finale et termine 3e de la compétition
    • Abandon des poursuites contre l'acteur américain Kevin Spacey dans le Massachusetts
    • Washington continuera à coopérer avec Ankara, mais l'achat de missiles russes aura un impact sur l'Otan (Maison Blanche)
    • Les États-Unis confirment qu'ils ne fourniront pas d'avions F35 à la Turquie (Maison Blanche)
    • L'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
    Europe

    Le sambo, ce sport de combat que la Russie voudrait olympique

    media Compétition de sambo à Moscou. RFI/A.Dalsbaek

    À Minsk, en Biélorussie, le coup d’envoi de la deuxième édition des Jeux européens a été donné. Quelque 4000 athlètes venus de 50 pays et 15 sports sont représentés, parmi lesquels un sport de combat très connu dans les pays de l’Est, mais qui a du mal à se faire une place au soleil olympique. Il s’agit du sambo, un art martial développé à l’époque soviétique, et enseigné encore aujourd’hui au sein de l’armée russe.

    Avec notre correspondant à MoscouDaniel Vallot

    Le combat dure depuis plusieurs minutes. Sur le tapis, deux poids lourds, tunique rouge et tunique bleue, et des prises qui rappellent le judo, mais aussi la lutte. Nous sommes en pleine compétition de sambo.

    Dans les tribunes, un observateur attentif : l’entraîneur de l’équipe russe, Dmitry Trojki : « Le sambo est né il y a plus de 80 ans. Ses créateurs se sont inspirés du judo, et de leur propre expérience de combat en temps de guerre. Et puis ils ont intégré toutes les formes de lutte que l’on pouvait trouver en URSS. Au début, le sambo n’était pratiqué qu’au sein des forces spéciales. Ensuite, c’est devenu un sport à part entière ! »

    Peu connu en dehors de la Russie et de l'Europe de l'Est, le Sambo souffre d'un manque de reconnaissance à l'international. Mais il espère malgré tout intégrer un jour le club très fermé des sports olympiques.

    Poigne de fer, stature herculéenne, Artem Ossipenko, est le champion du monde de sambo, catégorie poids lourds : « Notre rêve à tous, c’est de participer aux Jeux. Notre sport est spectaculaire, très différent du judo avec ses prises de jambe. Pour moi, le sambo a tout sa place aux Jeux. »

    Mais la concurrence est rude pour accéder à ce rêve olympique. Et pour l’heure, le sambo doit se contenter de compétitions beaucoup moins médiatisées, à l’instar des Jeux européens qui débutent ce vendredi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.