GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: Istanbul, laboratoire de la politique de grands travaux d'Erdogan

    media Une vue générale d'Istanbul et du quartier de Karaköy, en Turquie, le 26 février 2019. REUTERS/Umit Bektas

    Les Stambouliotes sont appelés à revoter ce 23 juin après l'annulation du résultat qui donnait victorieux un opposant à Recep Tayyip Erdogan. La mégalopole représente un enjeu majeur pour le président turc qui y mène une politique de grands travaux, avec notamment un projet-phare : le « canal Istanbul ».

    Avec notre envoyée spéciale à Istanbul, Anissa El Jabri

    Les habitants d'Istanbul sont à nouveau appelés à élire leur maire ce 23 juin après l'annulation d'un premier scrutin remporté par un opposant au président Recep Tayyip Erdogan, pour qui ce deuxième round débouchera sur une victoire controversée ou un cinglant revers.

    Dans le deuxième cas, cela constituerait surtout un obstacle pour certains de ses projets, comme ses grands travaux pharaoniques. Construire partout des ouvrages gigantesques représente pour Erdogan une manière d'imprimer sa marque et de façonner le pays à son image, notamment à Istanbul, cœur battant du pays, tremplin et vitrine de sa carrière.

    Après le gigantesque aéroport, l'homme fort du pays projette de créer le « canal Istanbul », pour relier les mers Noire et de Marmara : un deuxième canal du Bosphore en somme. Ce gigantesque projet estimé à plusieurs dizaines de milliards d'euros est contesté pour les dommages environnementaux qu'il pourrait créer.

    Projet gouvernemental

    Car pour construire le « canal Istanbul », tout au nord de cette mégapole de 16 millions d’habitants, le gouvernement met en avant le trop grand nombre de bateaux sur le Bosphore et la circulation devenue impossible. Mais « Istanbul est déjà une ville au développement anarchique », juge Ersin Kiris, ingénieur urbaniste pour qui ce chantier serait destructeur.

    « Seul le nord a encore des forêts et de l'eau avec notamment un lac important de 736 kilomètres carrés qui fournit 20% de la consommation d’eau de la ville, poursuit-il. Cette zone fait que la ville peut encore respirer. Elle a déjà été très abimée avec énormément de constructions comme l'aéroport. Des millions d'arbres ont été coupés mais avec ce canal, on causerait des dommages irréversibles tout particulièrement aux réserves d'eau souterraine ».

    Dans cette zone également, des fermes avaient échappé aux bulldozers après la construction d’une autoroute et de l'aéroport géant. On ne sait pas quand le premier coup de pioche pourrait être donné. Pour le candidat de l'opposition, le « canal Istanbul » est inutile. Même élu, Ekrem Imamoglu aurait cependant du mal à l'empêcher, car il s'agit d'un projet du gouvernement.

    ►À (ré)écouter : Le canal du Bosphore, dernier grand chantier d'Erdogan à Istanbul


    Qui est le candidat d'Erdogan à Istanbul ?

    Ekrem Imamoglu affronte ce 23 juin le poulain d’Erdogan, Binali Yildirim, un éternel numéro 2 qui a bien du mal à endosser le costume de premier.

    Binali Yildrim cultive une image d'oncle sympathique. Moustache en brosse, sourire facile, issu d'une famille pieuse, ultra-conservateur et compagnon de route de la première heure d'Erdogan, il a tout pour séduire la base électorale de l' AKP. Même son manque de charisme et sa campagne laborieuse ont longtemps renvoyé l'image d'un homme de devoir.

    Mais Binali Yildirim ne recule devant rien. La nuit du premier scrutin, avant même la proclamation des résultats officiels, le fidèle lieutenant avait fait placarder des affiches dans tout Istanbul dans lesquels il remerciait pour son élection à la mairie.

    Le serviteur loyal issu d"une famille très pauvre s'est aussi considérablement enrichi. Selon le quotidien Cumhuriyet, Yildirim le débonnaire et sa famille possèdent 17 compagnies, 28 bateaux et deux yachts. Ses fils auraient des liens avec des sociétés offshore à Malte. Évoquer ce sujet a valu à une journaliste une condamnation à un an de prison il y a quelques mois.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.