GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Municipales à Istanbul: depuis sa prison, Öcalan appelle à l'abstention

    media Abdullah Öcalan représenté sur un drapeau, en 2018 à Istabul. REUTERS/Murad Sezer/File Photo

    Alors que la campagne pour les municipales à Istanbul s’achève, le pouvoir turc joue la carte kurde pour tenter de l’emporter. Dans un message rendu public le 20 juin, Abdullah Öcalan, chef emprisonné du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a appelé les électeurs kurdes à ne pas prendre parti.

    Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

    Les électeurs d’Istanbul, en Turquie, se rendent aux urnes ce 23 juin pour élire leur maire. Les partis rejouent la municipale du 31 mars, perdue par le parti au pouvoir puis annulée à la demande du président Recep Tayyip Erdogan, au prétexte d’irrégularités.

    Le leader kurde emprisonné du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdullah Öcalan, a donné une consigne claire aux électeurs du HDP, le Parti démocratique des peuples, prokurde : l’abstention. Il leur demande de « rester neutres ». Autrement dit, de désavouer la stratégie de leur parti. Depuis le début de cette campagne, le HDP appelle en effet à faire bloc derrière Ekrem Imamoglu, le candidat d’opposition.

    Promesse d'Erdogan ?

    Le HDP avait obtenu plus de 12 % des suffrages à Istanbul aux législatives de 2018, soit plus d’un million d’électeurs. Sans eux, Ekrem Imamoglu n’aurait pas pu gagner le 31 mars et ne pourra gagner le 23 juin.

    Malgré l’appel d’Abdullah Öcalan, la formation prokurde a décidé de maintenir son soutien au candidat d’opposition. Ironiquement, cela lui a valu les foudres du parti ultranationaliste, le MHP, allié du président Erdogan.

    Ce rebondissement de dernière minute soulève au moins deux inconnues. Dans quelle mesure les électeurs kurdes vont-ils suivre la consigne du chef du PKK ? Et qu’a promis le président turc à Abdullah Öcalan pour qu’il fasse ainsi le jeu du pouvoir ? Car cette annonce du leader kurde est sans aucun doute une manœuvre de Recep Tayyip Erdogan pour tenter d’empêcher une défaite dans les urnes.

    ►À (ré)écouter : Turquie: on rejoue les municipales à Istanbul

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.