GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Edouard Philippe reçoit le Premier ministre russe Dmitri Medvedev au Havre

    media Le Volcan d'Oscar Niemeyer et l'église saint-Joseph, des symboles du Havre, la ville dont Edouard Philippe fut maire et où il reçoit ce samedi 24 juin le Premier ministre russe, Dimitri Medvedev. Alex Grimm/Bongarts/Getty

    Le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, arrive ce lundi 24 juin en France où il doit rencontrer son homologue français Édouard Philippe, pour la première fois depuis la venue du président Poutine en 2017. Les deux hommes se rencontrent au Havre pour parler des crises régionales, notamment de la Syrie et de l'Ukraine. Sans oublier les questions économiques et la coopération.

    Vladimir Poutine avait eu droit au château de Versailles lors de sa visite en France il y a deux ans. Dimitri Medvedev visite pour sa part la ville du Havre ce lundi. Le chef du gouvernement russe a rendez-vous sur place avec son homologue français Édouard Philippe, dans la ville dont ce dernier fut maire pendant six ans.

    Le Premier ministre français ne rate jamais une occasion de citer Le Havre. Mais c’est la première fois que l’ancien élu local y accueille une personnalité politique étrangère depuis son arrivée à Matignon. Une marque de respect, le signe de l’importance qu’il veut donner à cette rencontre.

    « Son souhait était d’avoir quelque chose d’assez personnel », confirme le cabinet d'Édouard Philippe, qui a même prévu de jouer les guides touristiques pour Dimitri Medvedev. Au programme : visite du port, de la bibliothèque de la ville ou encore de l’exposition Raoul Dufy, avant un dîner de travail loin des caméras.

    Le format est destiné à faciliter les relations entre les deux hommes, qui se rencontrent pour la première fois. Mais sur le fond des dossiers, Matignon ne s’attend pas à des avancées significatives. L’objectif est plutôt de « relancer le dialogue » entre les deux pays sur les sujets difficiles.

    Il devrait être question de la situation humanitaire à Idleb, en Syrie, et du respect des accords de paix en Ukraine. Édouard Philippe a également prévu de parler du cas de deux Français détenus en Russie : l’homme d’affaires Philippe Delpal et Gurvan Le Gall, un professeur originaire du Havre, justement.

    « On souhaite que leurs droits fondamentaux soient respectés, le Premier ministre va rappeler que ces affaires ne sont pas bonnes pour l’image du pays », assure un conseiller d’Édouard Philippe. Mais il s'agit également d'évoquer les intérêts des entreprises françaises, très présentes en Russie. Car malgré les tensions, ce pays représente un énorme potentiel d'investissement.

    Les affaires aussi sur la table

    Sept des 50 plus gros investisseurs étrangers en Russie sont des Français, présents dans le secteur agroalimentaire ou encore dans l'automobile. La France reste le premier employeur étranger en Russie, grâce à l'activité de quelques grands groupes (Auchan, Renault...). Une quinzaine de grands patrons français (Total, Société Générale...) ont été reçus en avril au Kremlin par M. Poutine.

    Dmitri Medvedev à Genève, le 11 juin 2019. REUTERS/Denis Balibouse

    La France est dans le trio de tête des investisseurs étrangers avec l'Allemagne et le Royaume-Uni. Mais les sanctions européennes récemment renouvelées pèsent sur les échanges. La Russie n'est que le 12e partenaire commercial de la France.

    La balance commerciale penche fortement du côté russe. La France exporte des matériels de transport, des produits cosmétiques et pharmaceutiques, mais aussi des machines industrielles ou agricoles.

    En revanche, elle importe énormément d'hydrocarbures, notamment du pétrole brut et du gaz, ainsi que des produits pétroliers raffinés. Des produits chers qui constituent l'écrasante majorité des importations françaises. Résultat : le solde des échanges reste déficitaire. Il est actuellement de 4,6 milliards d'euros en faveur de la Russie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.