GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Migrants: Carola Rackete, la capitaine du «Sea-Watch III» qui tient tête à Salvini

    media La capitaine du «Sea-Watch III», Carola Rackete, sur son navire le 26 juin 2019. Sea-Watch International via REUTERS

    « Petite crâneuse, qui fait de la politique sur le dos des migrants » : c’est ainsi que Matteo Salvini qualifie la capitaine du « Sea-Watch III », qui a décidé de forcer le blocus des eaux territoriales italiennes au large de l’île de Lampedusa. Quarante-deux migrants y sont bloqués depuis quatorze jours. À 31 ans, la capitaine du navire humanitaire a donc décidé de tenir tête à Matteo Salvini.

    La jeune femme, très déterminée, estime qu’elle n’avait pas d’autre choix. Son navire vogue depuis quinze jours, sans pouvoir accoster : « ils n’en peuvent plus, leurs vies sont plus importantes que les jeux politiques », explique-t-elle sur Twitter, « je sais ce que je risque, mais les 42 naufragés à bord sont épuisés ».

    Une longue carrière de militante

    À 31 ans, la capitaine du Sea Watch a déjà une longue carrière de militante. Originaire de Kiel, dans le nord de l’Allemagne, Carola Rackete a d’abord navigué pendant huit ans, pour la recherche polaire en Arctique et en Antarctique.

    Son engagement en faveur de l’environnement se mue en engagement social. « Ma vie a été facile », raconte-t-elle dans les médias italiens. « J’ai pu aller dans 3 universités, je suis Blanche, Allemande, née dans un pays riche, avec le bon passeport ». Elle ressent alors comme une obligation morale « d'aider ceux qui n'avaient pas les mêmes chances » qu'elle.

    À l’été 2016, elle profite de ses congés pour partir, une première fois, comme volontaire, en mission avec l'ONG allemande Sea Watch pour secourir des migrants en mer. À l’époque, les flottilles humanitaires n’étaient pas encore accusées d’être complices des passeurs par les autorités italiennes.

    Poursuites judiciaires

    Aujourd’hui, Carola Rackete risque des poursuites judiciaires pour aide à l'immigration clandestine et une amende de 50 000 euros suite à un décret pris par le ministre italien de l’Intérieur. Son bras de fer avec Matteo Salvini risque de l’envoyer tout droit en prison.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.