GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    [Portrait 3/6] Marie Toussaint: militante écologiste à tout prix

    media Marie Toussaint, le 21 mai 2019 lors d'un meeting au cirque d'hiver à Paris. STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

    Marie Toussaint fait partie de la nouvelle génération de jeunes responsables politiques à qui les cadres d’EELV souhaitent transmettre le flambeau. Ceux pour qui société civile et monde politique vont de pair. La nouvelle eurodéputée verte a fait son entrée au Parlement le 2 juillet, bien décidée à en découdre. Troisième épisode d’une série de portraits de personnalités françaises nouvelles à Strasbourg.

    « L’affaire du siècle », c’est elle. Enfin, en partie. Marie Toussaint a lancé cette pétition afin de traduire l’État en justice pour « inaction climatique », en collaboration avec les ONG Greenpeace, Oxfam et la Fondation Nicolas Hulot, en décembre dernier. Soutenue par des personnalités comme Marion Cotillard ou Juliette Binoche, l’initiative connaît un démarrage fulgurant. Six mois plus tard, près de 2,2 millions de personnes ont apporté leur soutien à ce texte, ce qui en fait la pétition la plus signée de France. Auréolée de ce succès qui tombe à point nommé juste avant les élections européennes, la militante écologiste de 32 ans est propulsée sur le devant de la scène médiatique.

    Cela fait pourtant des années que cette juriste en droit international de l’environnement se bat pour sauver la planète sur le terrain du droit. La cofondatrice et ancienne présidente de l’association Notre affaire à tous plaide notamment pour la reconnaissance du crime d’écocide et l’octroi de droits à la nature. Une lutte qui, pour être efficace, doit se mener au niveau international, explique Marie Toussaint : « C’est rageant de voir qu’il y a de plus en plus de personnes qui sont préoccupées par l’urgence climatique et que finalement, cela n’avance pas. Comme je suis juriste, j’avais envie de participer à l’écriture des règles. »

    Eurodéputée et militante

    « Juriste militante ! », rectifie la jeune femme. Les actions de terrain sont pour elle « tout aussi essentielles que le combat politique » et vitales pour « rester dans la vie réelle ». « Je veux construire ma feuille de route avec les gens qui se battent pour l’écologie, la solidarité, des organisations féministes ou de consommateurs », raconte-t-elle. Celle qui est née à Lille et a été élevée dans le monde associatif (son père marin et sa mère professeure d’économie en lycée technique sont membres d’ATD Quart Monde, ONG qui encourage ses adhérents à aller vivre dans des quartiers défavorisés) refuse le clivage entre société civile et monde politique. « J’ai toujours marché sur ces deux jambes qui, pour moi, ne s’opposent pas du tout. Moi, je suis militante tout le temps et je suis restée la même une fois élue. »

    Du côté du monde associatif écologiste, certains sont un peu dubitatifs. « Le mélange des agendas peut être à double tranchant. Cela peut donner un tour politicien aux initiatives de la société civile et les marginaliser », analyse un responsable d’ONG.

    Membre du bureau exécutif d’EELV

    Malgré ces mises en garde, Marie Toussaint n’entend pas abandonner sa double casquette. Son engagement politique remonte à loin. Elle a en effet rejoint EELV à 18 ans. Après ses études à Sciences Po, elle devient attachée parlementaire de l’eurodéputée verte Catherine Grèze en 2009-2010, puis co-secrétaire fédérale des Jeunes Verts, devenus les Jeunes Écologistes, et enfin directrice de cabinet d’Antoinette Guhl, adjointe à la mairie de Paris, jusqu’en 2015. Depuis trois ans, au sein de la direction d’EELV, la jeune femme est en charge des questions européennes. Elle crée des passerelles avec les autres partis verts siégeant à Bruxelles, ranime les réseaux du parti, retisse des liens avec des intellectuels et participe à l’écriture du programme pour les élections du 26 mai dernier. « Marie a été une bouffée d’oxygène pour notre mouvement », raconte David Cormand, patron d’EELV. « Elle fait partie des quelques personnes qui ont contribué à réactiver notre pensée, notre projet et notre récit. Elle a fait un travail peu visible, mais très précieux. »

    Marie Toussaint connaît donc déjà bien les rouages du Parlement européen. Elle sait que son mandat va être source de déceptions et de frustrations. Car si les trois grandes forces politiques - les conservateurs du PPE, les libéraux de Renew Europe et les sociaux-démocrates du S&D - ont verdi leurs programmes lors de ce scrutin, il y a un « écart abyssal entre le discours écologiste de ces partis non écologistes et ce qu’ils mettent en œuvre dans la réalité. […] Vu l’urgence de la situation environnementale, on ne peut pas se contenter de rustines », prévient Marie Toussaint, qui promet à ses collègues de Bruxelles un « combat acharné » pour arracher des victoires.

    À lire aussi :

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.