GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce: dernière ligne droite avant les élections, dans un pays usé par la crise

    media  
    Kyriakos Mitsotakis pendant son dernier grand discours à Athènes avant les élections législatives anticipées ce dimanche 7 juillet. LOUISA GOULIAMAKI / AFP

    En Grèce, la campagne électorale entre dans sa dernière ligne droite. Les élections législatives anticipées sont prévues dimanche 7 juillet. Le candidat favori de ce scrutin, Kyriakos Mitsotakis, a fait un dernier grand discours à Athènes jeudi 4 juillet. Son parti, la Nouvelle Démocratie, défend notamment la réduction des impôts.

    Après sa défaite aux élections européennes et locales fin mai, Alexis Tsipras a convoqué le scrutin trois mois avant la fin de son mandat. Mais cette stratégie risque d’être perdante pour le chef du gouvernement de gauche, puisque le parti de droite, la Nouvelle démocratie, est donné vainqueur.

    Un leader annoncé comme futur Premier ministre

    « Je veux raviver la classe moyenne que Syriza a dissoute, surtaxée jusqu’à extinction. Pourtant, c’est la colonne vertébrale, pas seulement de l’économie, mais de la société elle-même, de la cohésion sociale », a lancé Kyriakos Mitsotakis lors de son dernier grand discours à Athènes.

    Le Parthénon en toile de fond, au milieu des drapeaux grecs, le leader du parti conservateur de la Nouvelle Démocratie est annoncé comme le futur Premier ministre, rapporte notre correspondante à Athènes, Charlotte Stiévenard.

    Dix points d'avance d'après les sondages

    « Je crois beaucoup en Mitsotakis, car il a de l’expérience, car il vient d’une famille politique comme son père, sa sœur. Il ne peut pas faire de fautes. Il n’a pas le droit », explique Roula, une secrétaire à la retraite à la fin du meeting.

    Depuis toujours, elle vote pour le parti conservateur de la Nouvelle Démocratie. « Syriza, ils sont arrivés avec des mensonges, ils ont gouverné et ils partent sans comprendre pourquoi le peuple grec leur montre la sortie », ajoute-t-elle.

    Ces derniers jours, les sondages donnent jusqu’à 10 points d’avance au parti conservateur. La majorité actuelle avec Alexis Tsipras à sa tête pourrait bien passer dans l’opposition. Le Premier ministre grec prononcera son dernier discours ce vendredi soir avant les élections.

    Réduire les impôts

    Le parti de droite qui devrait revenir aux affaires propose de réduire le seuil d'impôt sur le revenu et de progressivement diminuer l'impôt sur les bénéfices des entreprises. Un des principaux reproches adressés aujourd’hui par les petits patrons au gouvernement d’Alexis Tsipras est une pression fiscale trop forte, explique notre envoyée spéciale en Grèce, Anastasia Becchio.

    « Tsipras a imposé une vingtaine de taxes et la situation financière de la société a beaucoup été affectée par ces dernières. Une cliente payait 40 à 45% du prix du produit qui allait directement à l'État », confie Vassilis Masselos, gérant de Nota, une entreprise familiale de lingerie féminine. Il emploie 21 personnes en Grèce, 35 dans son usine de Hongrie.

    La pression fiscale a également valu plusieurs faillites à Konstantinos Madias, 53 ans, qui a décidé de refaire sa vie au Kenya. « J’ai payé très cher l’expérience Syriza. Aujourd’hui, les taxes prennent 50 à 70% de nos revenus. C’est un frein pour entreprendre », relate l'entrepreneur, qui dû fermer sa bijouterie familiale dans la banlieue sud d’Athènes avant de se lancer dans le commerce de sésame.

    Il se retrouve rapidement avec une dette de 300 000 euros. « Pendant que Tsipras et Varoufakis fanfaronnaient, moi j’étais en train de dépérir. Je n’ai pas décollé du canapé pendant trois mois. Cette situation a détruit ma famille. Mon enfant est tombé malade alors que j’avais tout, je me suis retrouvé sans rien », dépeint Konstantinos Madias.

    Des pathologies en lien avec la crise

    « C’est vrai que la crise économique a donné naissance à de nouveaux problèmes. Quand une personne perd son emploi, si elle a un terrain propice, sa situation mentale peut se détériorer », analyse Katerina Morfoniou, qui vient en aide aux personnes en détresse psychique derrière son micro.

    Le studio de radio diffusée sur Internet dans lequel elle exerce est installé au sous-sol de la seule clinique de prévention du suicide de Grèce, dans le centre d’Athènes. Le docteur Kyriakos Katsadoro est à la tête de ce centre.

    « Sur la hotline que nous avons mise en place, on reçoit des appels sans arrêt. On fait face à des cas où les personnes qui n’avaient pas de maladie psychique deviennent des patients à tendances suicidaires à cause d’événements économiques stressants qu’ils vivent », souligne Kyriakos Katsadoro.

    « Ces dernières années, les suicides ont augmenté, mais c’est aussi les cas de la délinquance ou encore des maladies cardiovasculaires. On a beaucoup de pathologies qui ont clairement un lien avec la crise », ajoute-t-il.

    Après avoir diminué en 2016 et 2017, le taux de suicide est reparti à la hausse l’an dernier. Dans un rapport rendu public en novembre, le Conseil de l’Europe notait que les chômeurs ou les hommes d’affaires en faillite de 40 ans et plus, figuraient parmi les nouveaux admis dans les unités psychiatriques.

    Dix ans après la crise, des résultats économiques mitigés en Grèce

    Un an après la sortie de la Grèce du plan d'aide mené sous la houlette du FMI et de l'UE, les résultats économiques sont mitigés. Certes, le déficit qui affectait le budget de l'État grec pendant des années a disparu et le pays connaît dorénavant un surplus budgétaire primaire ; le taux de chômage a baissé de 7,5 points depuis 2015 ; la croissance a été positive en 2018 (+2%) et cette année, même si elle sera moindre, elle approchera tout de même les 2%, toujours propulsée par la consommation intérieure. Mais ces résultats ont été obtenus au prix de sévères réformes, qui ont creusé les inégalités et entraîné l'émigration de toute une génération de jeunes Grecs. Le chômage concerne encore 40% d'entre eux. Une partie s'est détournée des promesses de réformes sociales de Syriza et pourrait même ne pas aller voter ce dimanche.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.