GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Législatives en Grèce: les conservateurs écrasent Tsipras

    media Kyriakos Mitsotakis, chef de file du parti Nouvelle démocratie, à sa sortie du bureau de vote, à Athènes, le 7 juillet. Yiorgos Kontarinis/Eurokinissi via REUTERS

    Les conservateurs grecs de Kyriakos Mitsotakis ont écrasé la formation de gauche Syriza du Premier ministre sortant Alexis Tsipras, dimanche lors des premières législatives depuis que le pays a échappé à la faillite, selon des sondages sortis des urnes. Alexis Tsipras a officiellement reconnu sa défaite.

    Selon une compilation de sondages réalisés pour les principales chaînes de télévision grecques, Kyriakos Mitsotakis, 51 ans, sera le futur Premier ministre puisque sa formation a recueilli 39,7% des suffrages contre 31,5% pour Alexis Tsipras. Les conservateurs auraient ainsi 167 des 300 sièges de députés à la Vouli, Syriza 82.

    Kyriakos Mitsotakis aurait déclaré à l’agence de presse grecque Amna qu’il s’agirait d’une victoire historique si les chiffres étaient confirmés, rapporte notre correspondante à Athènes, Charlotte Stiévenard. La plus importante depuis les élections législatives de 1981 et l’élection du socialiste Andreas Papandréou.

    Invité à commenter ces projections, un des représentants de Syriza a reconnu la défaite de sa formation politique. « Il y a une victoire sans ambiguïté de Nouvelle Démocratie. Nous verrons ce qu'ils en feront », a déclaré Panos Skourletis.

    Le scrutin n'était normalement prévu qu'en octobre mais Alexis Tsipras a tiré les conclusions de la défaite de sa formation face à la droite aux élections européennes de la fin mai en convoquant des élections anticipées.

    Trois ans après avoir pris les rênes du parti conservateur, Kyriakos Mitsotakis, perçu comme un réformateur, proche des milieux d'affaires, a promis de « relancer l'économie » et de « laisser la crise derrière nous ». L'élection de ce fils de Premier ministre, descendant d'une dynastie politique, signera le retour de la « familiocratie » au gouvernement grec, une tradition que Tsipras avait interrompue en accédant au pouvoir à l'âge de 40 ans.


    Reportage au siège de la Nouvelle démocratie

    Avec notre correspondante à Athènes, Charlotte Stiévenard

    C’est au siège de la Nouvelle démocratie que le futur Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, s’est exprimé le soir des élections, devant sa base et non pas au centre d’Athènes comme l’avait fait Alexis Tsipras en 2015. Le leader du parti conservateur a dit cependant vouloir s’adresser à tout le monde : « Nous avons refait de la Nouvelle démocratie un grand parti, pas seulement pour ceux qui nous ont élus, mais pour chaque Grec. Nous avons dit que nous allions unir les Grecs et nous allons le mettre en pratique. »

    Parmi les militants présents sur place, beaucoup de personnes âgées, mais pas seulement. Manos Stampouli vient de terminer ses études à Chypre où il est devenu le président des jeunes de la Nouvelle démocratie. Revenu en Grèce pour voter, il salue le tournant pris par son parti. « Lors des élections européennes, dit-il, le parti a réalisé le meilleur score chez les jeunes. Non seulement, il nous représente, mais il nous soutient lors de nos premiers pas, il avait beaucoup de jeunes parmi ses candidats aux législatives. Sa vision est pour les jeunes. »

    Après les déclarations de Kyriakos Mitsotakis, les militants se sont rapidement dispersés. La passation de pouvoir devrait avoir lieu en milieu de journée ce lundi.


    Reportage avec les militants de Syriza dans le centre d’Athènes

    Avec notre envoyée spéciale à Athènes, Anastasia Becchio

    Ça n’est pas l’ambiance des grands jours sous le chapiteau rouge de Syriza installé place Syntagma en plein cœur d’Athènes. Une poignée de sympathisants a les yeux rivés sur les écrans qui diffusent la soirée électorale. À l’annonce des premiers résultats, Dimitri, lunettes rondes sur le nez, fait la moue : « C’est mauvais. On va avoir un néo-libéralisme dur et une baisse des salaires. Mitsotakis, c’est le Macron de la Grèce. C’est l’homme des banques qui va appliquer ce que lui dictent les Européens. Ce sont eux qui désormais qui nous diront comment on doit vivre. »

    Alexis Tsipras n’a pas tardé à reconnaître sa défaite et à appeler son rival Kyriakos Mitsotakis, avant de faire une déclaration devant la presse dans un centre de congrès proche de la place Syntagma. « Aujourd'hui, c'est la tête haute que nous acceptons le verdict populaire », a lancé le Premier ministre.

    Après le discours, le chapiteau s’anime. Plusieurs dizaines de militants, jeunes pour la plupart, investissent les lieux. La déception se mêle au soulagement d’un score pas si déshonorable, comme le souligne Tanos Micalas, directeur de théâtre et militant de Syriza. « Nous avons perdu que quatre points, dit-il, seulement il y a quatre ans, quand nous avons pris le gouvernement, nous avions 35%. Aujourd’hui nous avons 31%. C’est une voix de la part du peuple : "Vous êtes vivants, avancez encore !" »

    Tanos en est persuadé, Syriza continuera à faire entendre sa voix dans la politique grecque. Mais désormais dans l’opposition.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.