GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Les généraux et les leaders de la contestation au Soudan ont formé mardi un Conseil souverain de onze membres qui dirigera le pays au cours de sa transition de trois ans et trois mois vers un pouvoir civil.

    Europe

    Décoration des deux capitaines du Sea-Watch en France: les Italiens exaspérés

    media Les deux capitaines du Sea Watch 3,Carola Rackete et Pia Klemp, sont devenues le symbole du sauvetage des migrants en Méditerranée. REUTERS/Guglielmo Mangiapane

    Depuis que la Ville de Paris a annoncé, vendredi dernier, qu’elle allait remettre la médaille Grand Vermeil aux jeunes capitaines allemandes du navire Sea-Watch, Carola Rackete et Pia Klemp, pour réaffirmer son « soutien aux femmes et hommes qui œuvrent au sauvetage des migrants », c’est le déchaînement anti-français sur les réseaux sociaux en Italie.

    De notre correspondante à Rome,

    Le premier à réagir a été le ministre de l’Intérieur, toujours très loquace sur Twitter et sur sa page Facebook. Matteo Salvini a en effet immédiatement tenté de détourner l’attention sur l’affaire de financement présumé de son parti par la Russie en postant ce commentaire au vitriol : « Hypocrisie française ! Ils récompensent Carola Rackete comme si c’était une héroïne. Mais Paris n’a pas répondu à ses demandes d’aide. »

    « Quoi qu’il en soit, les Français se lient à une personne qui a heurté un patrouilleur et mis en danger la vie des militaires à bord, comme le ferait le plus violent des gilets jaunes ! » Il est vrai que la capitaine a légèrement heurté une vedette en accostant de force au port de Lampedusa le 29 juin. Et que dans un entretien à un hebdomadaire, Le Nouvel Observateur, très relayé par la Toile, elle dit avoir sollicité la France, pour débarquer les migrants à Marseille.

    Mais elle n’aurait en effet obtenu aucune réponse. D’oùl’emportement de Giorgia Meloni, la cheffe du parti postfasciste Fratelli d’Italia, qui a posté plusieurs messages sur son compte Facebook. Dont celui-ci : « Une provocation honteuse de la France ! Cette même France qui a bombardé la Libye et qui, maintenant, alimente la guerre civile en vendant illégalement des armes aux Libyens (...) »

    Les Italiens acides

    « La France a toujours le nombril plus haut que ses oreilles. » « Macron rame contre l’Italie qui refuse de se plier à ses caprices. » « Rackete ne mérite qu’une récompense : la prison ! » On observe aussi que le site web du quotidien très droitier Il Giornale consacre un bel espace aux Gilets noirs, le collectif de sans-papiers qui a occupé le Panthéon le 12 juillet : « Alors que Paris s’apprête à récompenser deux soi-disant symboles des droits de l’homme, les Gilets noirs s’insurgent contre la France qui les humilient, les exploitent et les déportent. »

    Concernant les deux capitaines - surtout Carola Rackete qui fait couler beaucoup plus d’encre que Pia Klemp -, 60% des Italiens approuvent la dureté de Matteo Salvini.Quant à l’initiative de la Ville de Paris, elle suscite le courroux. Mais deux maires de gauche, celui de Naples Luigi De Magistris, et celui de Palerme Leoluca Orlando, se sont à leur tour déclarés « prêts à honorer le courage des deux humanitaires ». Et parmi les parlementaires du Parti démocrate, l’eurodéputé Pietro Bartolo - célèbre médecin de Lampedusa - a posté un message très solidaire. « La ville de Paris, dit-il, aide à prendre conscience de la situation en Italie, où ceux qui sauvent des vies sont poursuivis par la justice comme des criminels. »

    Où en sont les procédures contre Carola Rackete et Pia Klemp ?

    Carola Rackete, 31 ans, assignée à résidence le 29 juin, a été remise en liberté le 2 juillet dernier par la juge qui l’interrogeait dans le cadre d’une première enquête sur son entrée en force dans le port de Lampedusa. Elle sera de nouveau interrogée le 18 juillet à Agrigente, dans le cadre de la deuxième enquête, pour « aide à l’immigration illégale ». Quant à Pia Klemp, 35 ans, qui a mené plusieurs opérations de sauvetage en Méditerranée centrale entre 2016 et 2017, son procès pour « aide à l’immigration illégale » et « complicité » avec des passeurs libyens devrait s’ouvrir dans quelques semaines.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.