GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Crise sociale au Chili : le président Piñera condamne les violences policières
    Europe

    Commission européenne: Ursula von der Leyen à quitte ou double

    media Le Parlement européen se prononce ce mardi 16 juillet sur le sort d'Ursula von der Leyen. REUTERS/Francois Lenoir

    Le Parlement européen doit se prononcer ce mardi 16 juillet sur la nomination d’Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne. Lors de son grand discours, l’Allemande devra convaincre au minimum 374 eurodéputés pour être élue.

    Un Parlement fragmenté et une équation politique incertaine : la candidate Ursula von der Leyen a travaillé sans relâche tout le week-end pour rattraper une semaine où elle n’a pas convaincu, après des auditions jugées au mieux « imprécises » ou comme un « filet d’eau tiède, peu convaincant ».

    Jusqu’au bout, la candidate des chefs d’État et de gouvernement a cherché à convaincre. Arrivée à Strasbourg ce lundi 15 juillet en fin d’après-midi, pour de derniers rendez-vous et conciliabules très discrets, Ursula von der Leyen a tout fait pour faire pencher la balance en sa faveur : les centristes et les libéraux mais aussi les socialistes lui avaient demandé des précisions et des engagements, noir sur blanc. C’est fait.

    Convaincre au moins 374 eurodéputés

    « C’est vrai qu’on attend encore plus de concret » dit un porte-parole du groupe Renaissance. Mais le même souligne de nombreuses avancées, comme des engagements pour une Europe plus intégrée, avec par exemple la volonté de mettre fin à la règle de l’unanimité dans les domaines de la fiscalité et du social, soit le seul moyen pour de mettre en place un véritable salaire minimum, ou bien, et l’Élysée en rêve, de taxer les géants du numérique.

    Bienveillance confirmée donc des centristes et libéraux (108 voix), loyauté attendue de son camp, le Parti populaire européen (PPE) (182 voix). Il manque 84 bulletins et encore, si dans le secret des urnes, Ursula von der Leyen fait bien le plein dans ces deux groupes.

    ►À lire aussi : Commission européenne : Ursula von der Leyen tente de rallier à sa cause

    Pour les écologistes et la gauche radicale, c’est sans appel un non. Restent les 153 voix socialistes. Là aussi, la centriste a su s’engager, par écrit sur le climat, les inégalités sociales, et à arracher de nombreux satisfecits : « Je ne m’attendais pas à autant », dit un eurodéputé britannique, « des progrès incroyables », c’est signé d’un Italien. « Nous n’aurons pas mieux », selon les Danois. Même les Néerlandais, très remontés après avoir cru quelques heures que l’un des leurs, Frans Timmermans, présiderait la Commission européenne, sont moins en colère.

    Vers une approbation

    Restent encore les Français, les Allemands, les Belges ou les Grecs. Au total, un tiers de réfractaires. Des élus qu’on pointe du doigt avec sévérité au sein du groupe Renaissance comme des élus qui font « fi de la réalité politique du Parlement », et de toute façon, ajoute–t-on : « Qui d’autre a la majorité ? ».

    Au nom du principe de réalité ou des concessions faites, le sentiment général est qu’on se dirige vers une approbation du choix du Conseil européen. La vraie question étant : avec quelle marge, et surtout avec quelles voix ? Celles des Polonais du PiS, le parti au pouvoir dans un pays poursuivi pour violation de l’état de droit ?

    Voilà qui ne signerait pas des débuts très flamboyants. Dans cette toute dernière ligne droite en tout cas, les chefs d’État et de gouvernement ont mis tout leur poids dans la balance, et singulièrement les socialistes dont le camp est le plus récalcitrant : le Portugais Antonio Costa et l’Espagnol Pedro Sanchez ont officiellement plaidé hier pour la confirmation de la centriste allemande.

    Ursula von der Leyen l’a en tout cas annoncé hier : elle démissionnera mercredi 17 juillet de son poste de ministre de la défense. Pas de retour possible.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.