GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 25 Octobre
Samedi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Italie: l'écrivain sicilien Andrea Camilleri s'est éteint

    media - L'écritain sicilien Andrea Camilleri, père du commissaire Montalbano, est décédé mercredi à l'âge de 93 ans. Getty Images

    Andrea Camilleri, bien connu notamment pour ses polars à succès, est décédé mercredi 17 juillet à l'âge de 93 ans. Il était hospitalisé depuis le mois de juin suite à un arrêt cardiaque. Au pays de Dante et de Pirandello, le metteur en scène de théâtre et écrivain sicilien était une des célébrités les plus populaires en Italie. Non seulement pour son fameux commissaire Montalbano et les adaptations télévisées de ses polars - 20 ans de série et des records d’audience - mais aussi pour le regard sans concession qu’il portait sur son pays.

    De notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Andrea Camilleri avait déjà 68 ans quand il a été découvert par les Italiens, grâce à la publication de La Forme de l’eau, en 1994, le premier de ses polars mettant en scène le fameux commissaire Montalbano. Jusqu’ à la fin de ses jours, il a toujours brillé par son extraordinaire vivacité, son sens aigu de l’ironie et son engagement politique.

    1994 est aussi l’année de l’arrivée au pouvoir de Silvio Berlusconi. Andrea Camilleri ne s’est pas gêné pour fustiger, « l’imbécilité du berlusconisme ». Porté par ses talents de narrateur, il incarnait à la fois la rébellion et la sagesse. Tout ce qui concernait la culture, l’éducation, comme vecteurs de liberté, le passionnait. Au-delà de l’écriture, il aimait faire vibrer, avec sa voix rauque et chaude, les théâtres, les studios de radio, les plateaux télévisés, les places publiques.

    Dernièrement, il s’en prenait, tout particulièrement au nouveau capitaine du pays. Camilleri confiait qu’entendre Matteo Salvini invoquer la Vierge à des fins politiques lui donnait « la nausée ». La plus grande peur du maestro sicilien, né sous le fascisme, n’était pas la mort mais « le retour en arrière de l’Italie ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.