GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 25 Octobre
Samedi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Les députés britanniques votent pour avoir leur mot à dire en cas de «no deal»

    media La Chambre des Communes a donné un aperçu du climat et des prochaines batailles auxquelles le nouvel occupant peut s’attendre à la rentrée. REUTERS/Clodagh Kilcoyne

    Les députés britanniques ont voté jeudi 18 juillet un texte rendant plus difficile pour le gouvernement de faire passer en force un Brexit sans accord en suspendant le Parlement alors que Boris Johnson, favori pour succéder à Theresa May au poste de Premier ministre, refuse d’exclure cette possibilité afin de quitter l’UE le 31 octobre. Mais est-ce que ce vote empêche définitivement une sortie sans accord ?

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Cette nouvelle démonstration de force du Parlement britannique rend en tout cas moins probable un « no deal » en compliquant la tâche du prochain Premier ministre.

    Les deux candidats à la succession, Boris Johnson et Jeremy Hunt, ont martelé que s’ils ne pouvaient pas négocier un nouvel accord avec Bruxelles, ils étaient prêts à partir sans rien, mais Boris Johnson est le seul qui n’exclut pas de suspendre le Parlement pour l’empêcher de bloquer cette sortie de l’UE.

    Concrètement, la résolution prévoit que le Parlement, au cas où ses travaux seraient suspendus, devra de toute façon être rappelé pour une session de plusieurs jours en septembre et en octobre.

    Le texte voté jeudi à une confortable majorité avertit clairement le futur chef du gouvernement que les députés ne sont pas d’humeur à être mis sur la touche et qu’il fera face à une résistance acharnée : quatre ministres, y compris Philip Hammond, le ministre des Finances, ont montré leur détermination en s’abstenant tandis que 17 députés conservateurs se sont rebellés, dont une secrétaire d’État qui a d’ailleurs démissionné.

    Avant même de savoir si le grand favori Boris Johnson va réussir à s’emparer des clés de Downing Street, la Chambre des Communes a donné un aperçu du climat et des prochaines batailles auxquelles le nouvel occupant peut s’attendre à la rentrée.

    → À (re)découvrir : [Infographie] Brexit: une histoire sans fin?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.