GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 14 Décembre
Dimanche 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Kosovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau

    media Le Premier ministre kosovare Ramush Haradinaj annonce, lors d'une conférence de presse à Pristina, sa démission, le 19 juillet 2019. REUTERS/Laura Hasani

    Le Premier ministre du Kosovo, Ramush Haradinaj, a créé la surprise en démissionnant de son poste vendredi 19 juillet. Suspecté de meurtre de civils serbes et roms pendant la guerre d’indépendance, il est convoqué au tribunal spécial pour le Kosovo à La Haye.

    Avec notre correspondant régional, Laurent Rouy

    Ramush Haradinaj n'en est pas à sa première confrontation avec la justice internationale : chef du gouvernement en 2005, il avait déjà démissionné pour se rendre au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, où il était accusé du meurtre de civils serbes et roms pendant la guerre d'indépendance. Acquitté après trois ans de détention, il avait de nouveau échappé à la prison en appel, en 2012. Enfin, il avait été arrêté en France en 2017 à la demande des autorités serbes, mais rapidement relâché.

    Chef de guerre emblématique du conflit, Ramush Haradinaj est vu comme un héros par les Albanais du Kosovo, alors que les Serbes voient en lui un criminel bénéficiant d'une impunité de fait, à cause de ses responsabilités politiques.

    Habile négociateur, Haradinaj a souvent tenu des rôles politiques de premier plan. Il quitte le gouvernement en insistant sur l'organisation de législatives anticipées… pour lesquelles il annonce déjà sa candidature. Si l'opposition arrive à un accord, ces hypothétiques élections pourraient ne pas avoir lieu. Mais dans le cas contraire, il y a fort à parier qu'Haradinaj sera soutenu dans les urnes, malgré ses nouveaux déboires judiciaires.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.