GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Crise sociale au Chili : le président Piñera condamne les violences policières
    Europe

    Espagne: le leader de Podemos Pablo Iglesias renonce à entrer au gouvernement

    media À gauche, Pedro Sanchez. À droite, Pblo Iglesias, le 7 mai 2019 à Dadrid. REUTERS/Juan Medina/File Photo

    Le ciel politique espagnol s’éclaircit, à trois jours du débat d’investiture pour la présidence du gouvernement. En renonçant à faire lui-même partie de l’équipe ministérielle, le leader de Unidas Podemos (gauche alternative) permet d’envisager l’investiture du socialiste Pedro Sanchez et d'éviter ainsi une nouvelle convocation aux urnes. Une coalition de gauche pourrait prendre les rênes du pouvoir.

    Avec notre correspondante à Madrid,  Diane Cambon

    Il aura fallu que la tête de file de Podemos, Pablo Iglesias, se sacrifie pour que les négociations avec les socialistes reprennent. Les prétentions du leader de la gauche alternative d’occuper le poste de numéro deux du futur gouvernement avaient provoqué le refus des socialistes, lesquels menaçaient de convoquer des nouvelles élections législatives cet automne. Une perspective que personne ne désire dans le fond, surtout pas la gauche.

    L’investiture de Pedro Sanchez (Parti socialiste ouvrier espagnol, PSOE), semble désormais possible. En échange de son appui, Podemos a demandé d’entrer dans le gouvernement. Cette coalition serait une première. Podemos a sollicité les ministères du Travail et des Finances, mais la décision finale reviendra au noyau dur du PSOE. Pour certains barons du parti, la couleuvre est dure à avaler, même si M. Iglesias n’est plus en tête d’affiche.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.