GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 14 Décembre
Dimanche 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Migrants: 14 pays d'Europe réfléchissent à un accord de répartition solidaire

    media Un jeune homme débarquant du Sea Watch III, à Lampedusa, le 29 juin 2019. Reuters

    Un premier pas a été fait vers un accord de répartition européenne des migrants sur la base du volontariat. Réunis hier à Paris, les ministres des Affaires étrangères et les ministres de l'Intérieur d'une quinzaine de pays de l'UE se sont entendus sur un projet franco-allemand, mais en l'absence de l'italie qui a d'avance refusé par avance des décisions prises « seulement à Paris et Berlin ». L'objectif de la réunion était de permettre la conclusion d'un accord formel en septembre prochain à Malte. 

    Quatorze pays ont pays donné un accord de principe au mécanisme proposé par la France et l'Allemagne et huit d'entre eux ont acté une participation «active» selon l'Elysée.  Ces pays sont, outre les initiateurs du projet, le Portugal le Luxembourg, la Finlande, la Lituanie, la Croatie et l'Irlande.

    La France cherche depuis des mois une solution pour éviter les crises récurrentes de migrants laissés des jours et des jours en mer sans port de débarquement. Le principe est de demander à Malte et l'Italie l'ouverture de leurs ports en échange d'une répartition rapide des migrants - ceux du moins qui après un rapide examen sont susceptibles d'avoir droit au statut de réfugié. Pour les autres, l'Elysée préconise l'accélération des retours, volontaires ou contraints, dans les pays d'origine. L'Elysée rappelait il y a quelques semaines sur la nécessité de ramener les rescapés « au plus proche », excluant ainsi d'accueillir des navires sur les côtes françaises.

    Matteo Salvini qui avait décliné l'invitation a qualifié la réunion de « flop », le ministre italien de l'Intérieur estime que malgré cet accord l'Italie continuera à être le camp de réfugiés de l'Europe.

    Emmanuel Macron espère finaliser un accord à Malte au mois de septembre. Pendant ce temps les discussions continuent. Le Haut-commissaire de l'ONU aux réfugiés a salué une avancée mais il a redit son inquiétude face à la diminution des capacités de sauvetage en Méditerranée. 

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.