GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: une attaque fait 12 morts dans la ville sainte chiite de Kerbala (sécurité)
    • Yémen: les rebelles annoncent vouloir arrêter toutes les attaques contre l'Arabie (dirigeant insurgé)
    • Affaire Karachi: le parquet demande un procès pour Balladur et Léotard (source judiciaire)
    • Respect de la vie privée: Facebook suspend des dizaines de milliers d'applications
    • Commerce: Trump ne pense pas aboutir à un accord avec Pékin avant l'élection de 2020
    • Procès Mélenchon en France: le jugement mis en délibéré au 9 décembre
    • Greta Thunberg espère que la société a atteint «un tournant» sur le climat (interview à l'AFP)
    Europe

    Le Parlement espagnol toujours sans majorité

    media Le Premier ministre Pedro Sanchez lors du deuxième tour d'investiture, à Madrid, 25 juillet 2019 OSCAR DEL POZO / AFP

    Nouvel échec d’investiture pour le socialiste Pedro Sanchez, qui n’a pas obtenu la majorité simple au Parlement, n'étant pas parvenu à un accord de coalition avec la gauche radicale de Podemos.

    Avec notre correspondante à MadridDiane Cambon

    Le parti de la gauche alternative Unidas Podemos s’est abstenu lors du vote, faute d’entente avec les socialistes. Pas même l’ultime offre du leader Pablo Iglesias n’a pu renverser la tendance. Pedro Sanchez dispose de deux mois pour retenter sa chance, sans quoi de nouvelles législatives seront convoquées.

    La coalition de gauche n’aura finalement pas lieu, en tout cas pas cette fois. Le chef du gouvernement sortant, Pedro Sanchez, et le leader de la gauche alternative, Pablo Iglesias, n’ont pas réussi à trouver un accord pouvant débloquer la législature.

    Le différend repose sur la répartition des ministères. Les socialistes n’ont pas voulu céder les portefeuilles de poids comme la transition écologique, le travail ou les affaires. Aux yeux de la gauche traditionnelle, Unidas Podemos, qui n’a jamais eu de sièges au gouvernement, met la barre trop haute.

    De nouvelles législatives possibles

    Au dernier moment, Pablo Iglesias a certes accepté de céder sur certaines prétentions, mais les négociations étaient déjà rompues. Les deux formations disposent de 60 jours à compter de ce jeudi pour parvenir à un accord.

    Unidas Podemos espère renouer les tractations au plus vite. Faute d’accord, le roi dissoudra l’assemblée et les Espagnols devront à nouveau retourner aux urnes début novembre. Ce seraient alors les quatrièmes législatives en moins de quatre ans.

    L’échec de l’investiture montre à quel point la classe politique est incapable de trouver une solution pour remettre les moteurs en marche. Le pays fonctionne avec un budget d’État voté en 2018, ce qui bloque toutes nouvelles initiatives. Le quotidien conservateur el Mundo revient longuement sur cette Espagne qui fut un modèle de dialogue lors de la transition après la mort de Franco mais qui aujourd’hui est incapable de se mettre d’accord.

    Paralysie politique

    Le grand quotidien catalan la Vanguardia met en garde également sur les risques de tomber dans le modèle italien. L’explosion du bipartisme rend impossible la formation d’un gouvernement. Et comme le souligne l’éditorialiste Enric Juliana, la situation politique réunit toutes les conditions pour que naisse un Salvini espagnol, mais heureusement personne n’a son talent d’orateur.

    Enfin, sur les réseaux sociaux, c’est la frustration et désolation qui reviennent le plus. Le spectacle offert par ces négociations frustrées entre les socialistes et la gauche pour former une coalition a déçu les électeurs de gauche. L’image de la politique a encore pris un coup.

    La mésentente qui s'est installée entre socialistes et Podemos ne va pas se dissiper

    Benoît Pellistrandi

    Historien spécialiste de l'Espagne

    25/07/2019 - par Vincent Souriau Écouter
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.